Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 298
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0318
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
298 les nouvelles fouilles d'abydos

de tous points aux dieux des Grecs, avec cette différence qu'il est tou-
jours en colère, qu'ilne parle que de vengeance et prône des actions com-
plètement injustes. Les dieux grecs avaient de bons moments, ils riaient,
jouaient ensemble et se tenaient ainsi à la portée des fidèles. Les apo-
logètes païens ne se sont pas fait faute de faire observer ces diversités et
ces anologies. Les Pères de l'Église se bornaient pour les réfuter à leur
dire des injures, quand ils ne pouvaient trouver de bonnes raisons :
c'était relativement facile. Gomme la théorie d'Evhémère leur apportait
uu triomphe encore plus facile, ils s'en sont emparés. Ils ont bien cru
aussi que la terre était éclairée par le soleil ; serait-ce une raison pour
rejeter cette idée ? Je ne le crois pas et personne ne le croira. Adop-
ter une idée que ceux qu'on appelle Pères de l'Église ont eue, ce n'est
pas une raison pour s'inféoder à toutes les idées qu'ils ontprêchées. De
ce côté-là je suis en paix.

Le deuxième fragment, même planche, numéro 5, ne contient que

m

quelques signes gravés, à savoir : f||[) 0 i ,

I I *Ê\ ÉÊÊÊÊ • Il n'y a Pas grand'chose à en tirer sinon qu'Osiris y était
nommé comme dieu du monde inférieur, pour parler comme les Egyp-
tiens et que c'était sans doute un prêtre d'Osiris qui l'avait offert.

Le troisième, même planche, numéro 6, ne contient que la mention

de l'oblateur { J ZZZ D wÊÊË '• prêtre cVOsiris, les signes qui

suivent sont malheureusement coupés par la moitié : ils contenaient
peut-être une indication géographique.

Un quatrième numéro, trouvé le 8 janvier contenait à peu près la même

mention : f ^ ZZ AÂ _ Ù SH> prêtre d'Osiris, Ouonnofer.

Enfin un fragment d'un autre vase contenait la mention suivante :
■I ! n rj^^» T %

Wmm i I il il 0 £L1 : .....de la maison d'Osiris, Ouonnofer.

Gomme le lecteur s'en rendra facilement compte, pas une seule de ces
inscriptions ne contredit l'existence d'un tombeau d'Osiris à Om el-
Ga'ab, toutes la supposent au contraire.

A côté de ces inscriptions gravées sur des fragments de vases, il faut
loading ...