Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 308
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0328
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
308 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

parfaite que celle des jarres trouvées la première année, si Ton en juge
par les boursouflures qui se sont produites à l'extérieur des vases. Au
contraire je ne puis me dispenser de traiter la question des petites
jarres trouvées dans la tombe de Perabsen et des autres vases apparte-
nant à l'époque des tombes explorées. C'est ce à quoi sera consacré ce
chapitre.

Dans un premier paragraphe j'examinerai les poteries appartenant à
l'époque historique et dans un second ceux qui peuvent ou même
doivent être attribués à une époque antérieure.

I. Vases de l'époque historique.

Tous les vases, sans aucune exception, qui rentrent dans la catégorie
historique ont été trouvés dans la couche supérieure de décombres.
C'est là qu'ils devaient se trouver, car, ayant été amoncelés dans la
suite des âges par la piété des dévots d'Osiris, ils ont dû être les pre-
miers enlevés lors de la spoliation et de la violation du tombeau. Appar-
tenant à toutes les époques de l'histoire égyptienne, ils doivent avoir à
peu près tous des équivalents dans les autres objets de la poterie égyp-
tienne, et ils les ont en effet. Les petits vases dont j'ai parlé plus haut
et qui constituaient l'énorme majorité des vases votifs appartiennent à
l'Ancien Empire par leur forme. Dans les fouilles que M. de Morgan fit
à Daschour, il trouva des tombes avec de nombreux officiers du roi
Snéfrou : tout autour et au dedans de ces tombes il rencontra une foule
de petits vases de même forme, de même matière, qu'il ne connaissait
pas encore et qu'il ne retrouvait pas dans les autres nécropoles appar-
tenant à un âge plus rapproché de notre ère. Ces vases, il les retrouva
quand il vint à Abydos, lorsque je lui montrai les résultats des fouilles
dont j'avais été chargé. Je ne veux pas dire cependant que les innom-
brables petits vases qui ont donné son nom à la nécropole d'Om el-Ga'ab
datent tous de l'Ancien Empire ; il se peut, en effet, que l'usage local
d'Abydos ait conservé pendant de longs siècles ce type de vases que
les habitants employaient au culte funéraire.

A côté de ces petits vases, je dois rappeler ici les cruchons que j'ai
publiés dans le premier volume du compte-rendu de ces fouilles ; de
loading ...