Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 319
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0339
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 319
suite du manque d'exercice, à un moment où la poterie était encore un
art; car, si ce vase et les suivants devaient être attribués à une époque
où la poterie était d'un usage courant, on se demanderait comment un
dévot d'Osiris eût osé consacrer au dieu de telles horreurs, alors qu'il
eût été si facile de se procurer des vases à bon marché et qui eussent
pu passer pour des chefs-d'œuvre. Le second est beaucoup plus régu-
lièrement façonné et ne présente presque rien de choquant à notre œil.

Les numéros 2 et 5 de la même planche sont de purs vases cylindri-
ques, l'un assez grand, sans col; le second petit, avec un col accusé. Le
numéro 1 est un vase de forme curieuse, cylindrique jusqu'au moment
où sa ligne s'infléchit tout à coup pour courir à la base qui n'occupe
pas la moitié de la surface de son assiette et qui donne au vase l'air
d'avoir été renversé. Ce vase a été trouvé dans les décombresdelagrande
colline. Un autre vase de type à peu près semblable, mais de forme
beaucoup plus allongée, est le numéro 3 de la planche XXXIII. Il res-
semble à un long tube qui serait légèrement plus étroit à son ouverture
et qui rendu à quelques centimètres de sa base s'infléchirait de ma-
nière à réduire la surface de l'assiette.

Tels sont les vases que je nomme de forme haute. Il va sans dire que
pas un seul de ces vases n'a été fait au tour, qu'ils nous offrent les
premiers spécimens de la poterie à l'époque reculée où l'on doit néces-
sairement la placer. J'en arrive maintenant aux quatre vases plats qui
font partie des vingt vases types que j'attribue à l'époque préhisto-
rique.

Le numéro 9 de la planche XXXII est une grande assiette creuse
assez bien faite, quoique de terre peu choisie, mal pétrie et mal cuite.
Le numéro 13 de la planche XXXIV est une assiette aussi, peut-être
une assiette intentionnellement creuse, mais qui a été mise au four
après avoir été maniée sans soin, car elle devait avoir déjà cette forme
bizarre que la cuisson a rendue constante. Le numéro 15 est une sorte
de soucoupe haute, renflée à sa plus grande largeur et rentrante à par-
tir de ce point jusqu'au col qui s'élève tout droit pendant deux ou trois
centimètres. Mal préparé aussi, les formes en ont été rendues stables
par la cuisson. Le numéro 14 est une sorte d'écuelle qui a de la grâce.
loading ...