Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 328
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0348
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
328 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

XLV; c'est un fragment de pot qui ne sort pas de l'ordinaire et qui
n'est représenté que par suite de l'époque à laquelle il appartient.

Le numéro 9 au contraire, quoique fragment de quelque jarre,
montre d'abord sa petite importance : il porte en effet très apparem-
ment une marque. Cette marque se compose de quatre triangles opposés
deux à deux au sommet, et se coupant également au sommet. Peut-être
à gauche de ces triangles y avait-il un autre signe dont une partie se
confond avec l'une des lignes du triangle de gauche ; de même à la par-
tie supérieure de la représentation, on voit peut-être ce qui reste d'un
signe qui a été détruit par la cassure.

Le numéro 10 ne doit être présenté au lecteur qu'avec doute, car l'on
ne peut affirmer qu'il est bien de l'époque à laquelle la place que je lui
donne ici devrait le rapporter. C'est un fragment de poterie grossière,
malgré son peu d'épaisseur et son vernissage de couleur blanche;
mais je dois rappeler ici que dans la première campagne j'ai trouvé des
vases revêtus aussi d'une couche blanche et qui sont de cette époque,
comme l'ont montré les dessins qui avaient été faits sous la couche de
lait de chaux dont on les avait revêtus *.

Je ne veux pas non plus essayer de déterminer ce que peut représenter
le dessin qui a été gravé par dessus le vernissage blanc, parce que je
ne sais absolument pas à quoi cela peut se rapporter.

Certains vases contiennent aussi des signes que l'on peut prendre

sans doute pour des signes hiéroglyphiques, notamment un

D'autres, les numéros 17 et 18 de la planche XXX, sont évidemment
deux fragments d'un même vase dont la forme ne ressemblait pas le
moins du monde à celles des poteries du chapitre précédent. Il était
décoré dans le goût des coquilles fluviatiles ou marines dont j'ai trouvé
la représentation sur certains vases qui font partie de ceux que j'ai
publiés dans le premier volume de ce rapport \ Les stries de la coquille
imitée sont bien marquées et dessinées avec goût, et pour plus d'élé-

1. Cf. E. Amélineau : Les Nouvelles Fouilles d'Abydos, compte-rendu in extenso, 1895-
1896, planche XIII.

2. E. Amélineau : Nouvelles Fouilles d'Abydos, 1895-1896, compte-rendu in extenso,
planches XXVII et XXVIII.
loading ...