Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 329
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0349
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 329

gance encore on les avait réunies au sommet du vase par une cordelette
qui est très apparente sans l'être trop. C'est ce motif de la décoration
qui m'a fait attribuer cette haute époque à ces deux fragments de terre
cuite.

Les cinq objets qui sontnumérotés8, 9,10,11 et 12 dans la planche XXX
ont une forme bizarre. On dirait un fruit oblong renflé au milieu, plus
large à la partie qui le tenait à l'arbre qu'à la partie effilée qui le ter-
minait. Ce serait la forme d'une datte, si la datte pouvait avoir cette lon-
gueur. Là encore, je sais fort bien que je ne suis pas assez précis;
mais j'ai pour excuse la nouveauté de ces objets que personne n'a
jamais rencontrés. Comme le lecteur le verra en se reportant à la
planche XXX, ces objets étaient percés en leur milieu, dans le sens du
grand axe. Le trou qu'on aperçoit était rond ou presque rond et ce
n'était que l'ouverture d'une cavité que renfermait la panse de l'objet
qui, je crois, était un petit récipient de forme particulière. Qu'y mettait-
on ? C'est ce que je ne pourrais aucunement dire; mais il peut sembler
probable ou vraisemblable qu'on y déposait quelque huile ou quelque
composition servant à se parfumer. Comment bouchait-on le récipient ?
Je ne peux le savoir, car je n'ai pas rencontré un seul de ces objets qui
fût bouché; mais peut-être les bouchait-on simplement avec une che-
ville de bois, comme font encore les paysans qui mettent leur tabac à
priser dans de minuscules gourdes qu'ils bouchent et débouchent à
volonté.

Quoi qu'il en soit, il est certain que ces objets sont nouveaux et qu'on
les faisait en une sorte de terre se rapprochant d'assez près à celle qu'on
employait dans la fabrication des grandes jarres, surtout des grandes
jarres comme celles que j'ai trouvées la première année des fouilles.
La cuisson était en général aussi bonne qu'on le pouvait alors désirer.
J'ai trouvé un nombre considérable de ces objets en terre cuite, et
presque tous provenaient de l'intérieur du tombeau d'Osiris, notam-
ment de la grande cour qui entourait les chambres ou de la partie des
décombres qui était immédiatement supérieure à ce tombeau. C'est
un point parfaitement certain.

42
loading ...