Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 333
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0353
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 333

de terre non cuite qui me semble avoir du rapport avec les objets dé-
couverts dans le pot dont j'ai parlé au premier volume de ce compte
rendu1.

Une cinquième division est formée par les quatre fragments d'un
même objet qui furent trouvés dans la couche supérieure de décom-
bres où ils devaient se trouver d'ailleurs. Je ne sais de quelle sorte
d'objet ils faisaient partie : tout ce que l'on peut voir d'après le plus
gros de ces fragments, c'est que la partie supérieure devait être moins
grosse que la partie inférieure, et l'on pourrait penser soit que nous
avons les restes d'une petite colonne votive, soit d'un support, soit de
toute autre chose. Ces fragments sont en grès revêtu d'un émail très
fin. Cet émail est diversicolore, car les ornements qui sont dessinés
en dessus ont été pris de la nature et l'artiste a voulu les rendre réelle-
ment ou d'une manière approchante. Quoiqu'il ne soit pas très facile
de savoir ce que représentait la partie supérieure, il me semble que
nous voyons un faisceau de plantes aquatiques sortant des lignes on-
dulées, ou plutôt brisées, qui représentent l'eau dans les hiéroglyphes
égyptiens. Les plantes, si ce sont des plantes, ne s'élevaient pas droites
sur leurs tiges, mais inclinaient les unes à gauche, les autres à droite.
Deux des fragments représentés nous ont conservé la partie supérieure
de l'objet; les deux autres n'offrent qu'une partie de l'inscription cir-
culaire qui était à la base de la colonne comme le montre le plus con-
sidérable des deux fragments de la première catégorie. Ce fragment

porte d'une manière très lisible : | '[ f ^=3 ■ Avant les deux premiers
signes on voit les restes de deux autres hiéroglyphes, à savoir c^
Sur le plus petit qui devait contenir le commencement de l'inscription,

1 0 ^»

car les signes y sont affrontés, on lit à gauche : | 1 <==, , puis entre

les deux haches | | , et à droite, | est suivi d'un signe qui n'est pas
entier. Dans le troisième fragment qui se lit de droite à gauche, je lis :

\\

ÎSÎ V- Ces quelques restes d'une inscription qui devait être

1. E. Amélineau ; Les Nouvelles Fouilles d'Abydos, 1895-1896, pl. VI.
loading ...