Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 336
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0356
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
336 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

nous nommons passoire. Elle est représentée au numéro 5 de la plan-
che X. Je ne sais à quoi pouvait servir la passoire que j'ai rencontrée
en divers endroits de mes fouilles, car je Fai trouvée en morceaux et
en des jours différents : si j'avais été le fouilleur avide de gros mor-
ceaux, contempteur des petits objets ou des simples fragments dont on
s'est complu à présenter l'image en certains livres, évidemment je
n'aurais pas ramassé tous les fragments qui sont déjà passés ou qui
vont passer sous les yeux du lecteur. En particulier j'eusse laissé
parmi les débris les fragments de cette passoire qui, comme je les
trouvais, pouvaient me paraître méprisables, attendu qu'ils se bornaient
à de tout petits et misérables morceaux; mais au contraire, bien loin
de jeter dans le sable les objets ou les fragments que je retrouvais, je
les prenais avec moi, je les emportais dans ma maison, je les étique-
tais avec soin, marquant l'endroit et le jour où je les avais trouvés,
conservant toujours au fond de mon cœur l'espoir que la suite des
fouilles me rendrait un autre fragment du même objet, que je pourrais
le rapprocher, qui se réunirait peut-être au premier et qui finirait, in
schah Allah, par constituer un tout complet. Que d'objets j'ai pu re-
former ainsi et rétablir dans leur forme première! Pour la présente pas-
soire, je ne pouvais m'empôcher de voir les petits trous qui avaient été
percés dans la terre : cette disposition particulière que je n'avais encore
jamais pu constater me sembla donc curieuse au premier chef et je
conservai précieusement le premier fragment. Je fus récompensé de
mon soin par la trouvaille d'un second, puis d'un troisième fragment,
et les autres suivirent. Cependant je ne pus réussir malgré mes re-
cherches actives à trouver l'objet tout entier, et je l'ai fait restaurer
après avoir assemblé les diverses parties, car toutes celles que j'avais
trouvées se joignaient l'une à l'autre. La restauration faite par le même
homme que celles des vases du tombeau de Setst de Horus est conçue
de telle manière qu'elle apparaît, même sur la phototypie, à un simple
coup d'œil attentif : c'est un point sur lequel je n'ai jamais transigé, et
cependant comme il m'eût été facile de faire disparaître toute trace de
retouche I Pour la poterie qui m'occupe présentement, il m'eût été fort
aisé de faire disparaître l'irrégularité très apparente du contour : je ne
loading ...