Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 339
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0359
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 339

signes : | (J ^» ; ce qui veut dire, comme chacun le sait parmi ceux
qui ont une simple teinture d egyptologie : Roi du midi et du nord, fils
du soleil. Gomme on le sait aussi, les deux premiers signes sont une

variante de la formule ■ vautour de la Haute-Égypte, urœus de la

Basse-Egypte, et les deux plantes y symbolisent la même idée que le
vautour et Turaeus. Le titre de fils du soleil est aussi connu comme
faisant partie du protocole royal compléta partir de la fin de la IIIe dy-
nastie, d'après ce que l'on sait tout au moins. Par conséquent, j'ai bien
eu raison d'attribuer ce reste de monument à une époque pleinement
historique. Le nom du Pharaon devait se trouver après le titre Se Râ;
si ce nom est perdu, nous savons cependant qu'il n'a pu être porté avant
la fin de la IIIe dynastie. Maintenant, si l'on examine la manière dont
sont faits les signes hiéroglyphiques, on sera frappé de la manière
hardie et habile dont sont faits les trois premiers signes, comme aussi
l'on verra que le quatrième, l'orbe du soleil O, n'est pas rond; on obser-
vera de plus que ces quatre signes sont gravés en creux et non pas en
relief. Or, les monuments de ce dernier genre sont assez rares en
Egypte et sont généralement attribués à une époque beaucoup plus
rapprochée de nous que ne le serait le Moyen Empire. Par conséquent,
ce monument n'a guère pu être consacré par un roi antérieur au Nou-
vel Empire thébain. Or, je le demande avec confiance, que serait venu
faire à Om el-Ga'ab un monument portant le protocole d'un roi d'Egypte
d'une époque tout à fait différente de celle des rois qui y avaient été
enterrés? Il faut cependant trouver un mobile qui explique cette
offrande, à moins de supposer que le monument y soit allé se placer de
lui-même. Ce mobile, je le trouve dans un culte solennel rendu au
personnage enterré dans le tombeau central, c'est-à-dire Osiris.

Le second fragment1 représenté tout à côté au numéro 26 de la planche

XXII contient seulement les trois signes suivants : ^ @ , qui ne
peuvent se rapporter qu'à un personnage de marque. Ce personnage
appartenait également à la période historique et il n'avait pas son tom-

1 II est la tête en bas.
loading ...