Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 342
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0362
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
342 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

précédent. Près de la rigole, à droite et à gauche sont représentées des
offrandes en viandes.

Le lecteur verra de lui-même que ces diverses tables ne pouvaient
d'abord être que des tables votives et en plus qu'elles ne provenaient
que de gens pauvres ou de gens qui voulaient que leur piété ne leur
causât pas de trop grandes dépenses; tout autre est celle dont j'ai à
m'occuper maintenant.

III. — Table d'offrande riche et soignée.

Le monument que j'ai à présenter à mes lecteurs est figuré planche
XXX, numéro 16; il est d'un ordre tout différent : c'est une table d'of-
frande comme celles que l'on avait représentées à satiété dans les tom-
beaux appartenant à l'Ancien Empire dans la nécropole de Saqqarah et
les autres cimetières analogues. Cette table est malheureusement
fruste : la partie supérieure n'existe plus; de même quelque chose de la
partie de droite a été rongé par le sable, ainsi que la partie centrale au
niveau de la tête du personnage représenté. Cette table, si l'on ne con-
sidérait que les lignes du dessin ou de l'encadrement n'aurait pas été
trop soignée ; mais ici encore il faut compter sur une sorte de ladrerie
de la part de l'oblateur qui veut bien offrir quelque chose, qui veut
même que son offrande ait bonne mine, mais qui ne veut pas trop
dépenser pour contenter sa dévotion; c'est pourquoi, pour l'apparence,
il avait fait enduire de couleur rousse la partie visible de la table qui
était en mauvais calcaire, et s'était fait représenter tant bien que mal
derrière ses offrandes et en avant des colonnes d'hiéroglyphes qui
témoignaient de sa piété ou de celle de ses descendants. Dans la der-
nière hypothèse, le souvenir serait touchant, et c'est sans doute la
vraie.

Dans le champ de la table d'offrande qui est borné en bas par une
ligne mal venue, car elle n'est pas droite, à droite, on voit représentée
la table sur un support, avec les tranches accoutumées sous l'Ancien
Empire et usitées encore après; sous la table, il y a à droite un vase de
liquide, et il devait y en avoir aussi un à gauche, au-dessus de la partie
avançante de la natte de l'oblateur. Au-dessus de la table avec tranches
loading ...