Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,1) — Paris, 1904

Seite: 346
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1904bd3_1/0366
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
346 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

uns des noms que portaient les hommes en souvenir desquels cet
édicule avait été offert; ce sont : Ouonnofer, Nesikhensou, Boken-
khensou, Schedsouamen, Tenta..di khensou, Amenemapt, etc. De ces
noms, il appert que Pédicule funéraire avait été offert par un Egyptien
vivant à une époque relativement proche de notre ère, et qu'à cette
époque qu'on peut placer vers la XXII0 dynastie, sinon plus tard, les
noms anciens se portaient toujours en Egypte. Au point de vue de
l'onomastique égyptienne l'inscription gravée sur cet édicule mérite
d'être étudiée sérieusement, c'est-à-dire plus en détail que je ne le
peux faire ici. Le lecteur la trouvera aux numéros ï, 2, 3 et 4 de la
planche XLIV. La conclusion que je peux tirer de la présence de ce
document parmi les décombres de la grande colline, c'est qu'il serait
bien étonnant que tant de documents se fussent ainsi donné rendez-vous
en quelque sorte en un lieu où ils n'auraient eu que faire ; car les
tombes trouvées ne sont nullement de l'époque des monuments rencon-
trés en cette partie de la nécropole. Il fallait donc qu'on les y portât
pour une raison ou pour une autre. Cette raison, je le redis encore,
c'est la présence dtx tombeau d'Osiris.

V. — Statuettes et autres monuments en pierre.

Je n'ai trouvé en cette troisième campagne de fouilles que trois sta-
tuettes funéraires en calcaire, dont l'une ne contenait aucune inscrip-
tion ; c'était l'une de ces statuettes que l'on pouvait se procurer à bas
prix chez le fabricant et qui était propre à tout usage que l'on en voulait
faire : j'ai cru inutile de la représenter en ce volnme. Une seconde qui
est restée au musée de Gizeh était aussi d'une facture ordinaire; elle
est décrite plus haut.

La statuette qui est représentée au numéro 7 de la planche XXX est
une très belle statuette, très soignée et a dû être offerte par un riche
personnage. Elle appartient à la belle époque, certainement à la
XVIIIe dynastie. Elle était divisée en deux dans le sens de la verticale,
lorsque je la rencontrai, car le calcaire sous l'action du sable humide
l'avait fait en quelque sorte se déliter, si bien que je dus l'attacher de
suite à l'aide d'une ficelle pour pouvoir la transporter et cette ficelle
loading ...