Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 356
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0007
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
356 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABTDOS

s'être trouvée primitivement parmi les décombres de la grande colline
d'où elle aura été jetée dans le tombeau du roi Serpent qui toucbait
presque cette colline de décombres. Que s'il en était ainsi, on n'aurait
aucune peine à admettre qu'elle avait été consacrée au culte d'Osiris.
Ceci dit, je reviens aux vases de pierre dure.

Après les vases cylindriques viennent les coupes, soit ordinaires
soit en forme de bol ou d'écuelles. J'en ai rencontré relativement peu :
le lecteur les trouvera aux planclies XIX, XX et XXI. Les matières dont
elles sont faites sont de préférence des matières très dures, le porphyre
notamment, comme les numéros 27, 28 et 29 de la planche XXI; mais
on en trouve aussi en marbre ou en pierre schisteuse ardoisière : telles
sont celles représentées aux numéros 7, 8 et 9 de la planche XX et les
numéros 4 et 6 de la planche XIX. Je n'ai aucune observation par-
ticulière à faire sur ces coupes dont la taille, l'évidement et partant
la capacité diffèrent de l'une à l'autre. Je dois ajouter ici aux vases pré-
cédents le petit bol évasé représenté aux numéros G et 7 de la planche X
et qui est le seul spécimen connu de ce genre de vase, car il n'a
pas de fond. Je le trouvai en plusieurs morceaux en des jours diffé-
rents, et un autre jour je trouvai une petite rondelle en schiste ar-
doisier. Ce vase avait une destination particulière. Cette destination
se voit au trou qui se trouve au fond de la coupe : si ce vase eût été
une coupe, le liquide qu'on aurait versé dedans n'y fût pas resté
bien longtemps. Comme je trouvai d'abord la partie qui n'a pas de
fond, je fus assez surpris de cette forme qui eût été nouvelle; mais,
quelques jours plus tard, je trouvais un petit rond à deux circonférences
concentriques, car, dans l'épaisseur de la pierre, il est taillé en biseau,
et, l'ayant approché du vase sans fond, je ne fut pas surpris de voir (pie
ce rond s'appliquait parfaitement à l'ouverture du vase et la fermait
presque hermétiquement. L'ouverture au fond du vase en question a
une particularité que je dois faire observer au lecteur : l'épaisseur de
la pierre présente elle aussi deux circonférences dont celle qui est à
l'intérieur est plus grande que celle qui est à l'extérieur; mais en outre,
entre les deux, on a tracé une petite rainure circulaire. Maintenant quel
était l'usage de ce vase à forme inconnue jusqu'à présent? Je ne peux
loading ...