Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 360
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0011
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
360 LES NOUVELLES FOUILLES U'ABYDOS

en marbre pour le numéro 13, en pierre schisteuse ardoisière pour le
numéro 10, en une pierre tachetée que je ne connais pas pour le nu-
méro 15, en une pierre noirâtre qui est coupée dans le milieu du vase
par une veine presque transparente et l'autre moitié est d'une matière
brunâtre, c'est le numéro 11, je ne connais pas davantage le nom de
cette pierre, et enfin une dernière dont je ne connais pas la matière.

J'en aurai terminé avec cette catégorie de petits vases lorsque j'au-
rai signalé l'assiette représentée au numéro 8 de la même planche XIX.
Elle est d'abord remarquable par son peu d'épaisseur, car à peine si
elle a deux millimètres, et ensuite par les arabesques dessinées par les
veines de la pierre. Je l'ai trouvée en trois morceaux et en trois tom-
beaux différents, mais je n'en ai trouvéque la moitié ; le reste m'aéchappé.
Je l'ai fait réparer du mieux qu'il a été possible, mais toujours de ma-
nière à ce que la restauration fût visible. Je ne connais pas non plus le
nom de la pierre qui a servi à faire ce vase, et je demande pardon à mes
lecteurs de ne pouvoir pas si souvent les renseigner sur les matières
dont ces vases sont faits, mais j'ai pour excuse qu'un grand nombre
d'autres sont absolument dans mon cas'.

III. Vases fragmentaires.

Ce troisième paragraphe contiendra deux séries distinctes de frag-
ments : d'abord les fragments qui n'attirent aucunement l'attention du
ecteur par leurs formes et leur travail, et secondement ceux qui solli-
citent l'attention et l'étude par leur forme ouvragée. La première caté-
gorie ne contient qu'un nombre restreint de fragments, la seconde au
contraire en comprend un nombre relativement considérable.

Les premiers n'offrent pas grand'chose de remarquable, ce sont ou

1. Le lecteur observera au numéro 4 de la planche XXIII une sorte de pierre avec des
dessins bizarres qui me semblent dus au hasard et qui pourraient paraître à quelques-uns
faits de propos délibéré. Je crois que cette pierre calcaire très légère est un jeu de la
nature et que les lignes et les courbes qu'on y distingue sont dues seulement au glissement
du sable sur la pierre. Je l'ai donnée dans mon volume alin qu'on ne me reproche pas
d'avoir dissimulé quelque objet qui pourrait paraître important.
loading ...