Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 361
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0012
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES U'ABYDOS 361

des fragments montrant la forme du vase, ou intéressants soit à cause
des inscriptions, soit à cause du travail nécessité par la forme adoptée.
Les seconds, par contre, sont du plus haut intérêt pour l'histoire du
travail. Comme les uns et les autres ont été placés quelquefois dans les
mêmes planches, j'expliquerai la planche à une ou deux fois suivant
qu'elle contient des objets de l'une ou des deux catégories, me réser-
vant de laisser de côté certains numéros qui me semblent ne pas offrir
un grand intérêt, mais que le lecteur trouvera cependant figurés dans
les planches.

La planche XXI comprend dix-sept numéros rentrant dans la pre-
mière catégorie, à savoir 3, 4, 5, 6, 7, 9, 12 et 13 à 22. Le numéro 3 est
un fragment comme ceux qui furent rencontrés la première année et que
le lecteur trouvera dans les planches XXVII et XXVIII du premier
volume de ces comptes-rendus. Je ne saurais d'ailleurs trop l'engager
à comparer les objets de la première avec ceux de la troisième année.
Le numéro 5 est remarquable par la sorte de tore qui s'élevait entre les
deux parties du vase qu'il séparait. Le numéro 9 contenait un signe

hiéroglyphique qui peut à la rigueur être pris pour un Q.

Le numéro G planche XX contenait une inscription hiéroglyphique qui
devait sans doute être plus complète que les signes qui restent. Elle est
connue par ailleurs et donne le nom de la charge d'un officier quelcon-
que chargé de la maison royale, c'est-à-dire du tombeau, à mon sens.

C'est un morceau de vase, d'assiette en une sorte de marbre très dur;
il portait une inscription qui est beaucoup plus lisible sur la photogra-
phie que j'en donne que sur l'original. Cette inscription se composait
d'au moins deux lignes : de la première il ne reste que trois signes

sommairement faits : \ °f^l- La seconde, au contraire, est com-
plète, et le lecteur la trouvera au numéro précité de la planche XX.

On a lu les signes enfermés dans le rectangle °Î!H° <^> w, et on les a
expliqués par « Résidence de toute protection derrière » ', et toute l'ins-
cription donnerait ce qui suit : « legardien de la maison du roi Résidence

1. M. Griffai), dans fourrage de M. Pétrie, The royal tombs uf the first dynasty, I, p. 40.
loading ...