Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 363
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0014
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES DABYDOS 363

curieux à cause de ses veines laiteuses qui traversent, en décrivant une
courbe, un fond de couleur bleuâtre. L'objet est doux au toucher comme
si on l'eût passé au savon et peut-être était-ce simplement un polissoir.

La planche XXII contient 24 fragments de cette catégorie, du nu-
méro 1 au numéro 24. De ces fragments quelques mots seulement sont
dignes d'une observation particulière et je ne m'occuperai pasdes autres.
Le numéro 1 était une assiette de schiste ardoisier avec un rebord très
(in, comme aussi le numéro 4 quoique celui-ci soit d'une forme légère-
ment différente. Le numéro 3 provient d'un vase à col en retrait, comme
le numéro 20 de la planche XXI, avec cette différence que le rebord du
col est beaucoup plus accusé et que l'arête en ressort davantage. Les
numéros 17 et 19 faisaient partie de plats avec un rebord curviligne
presque perpendiculaire au plat. Le numéro 18 a une inscription hié-
roglyphique T II ; il en a été trouvé d'analogues soit à Neggadeh par
M. de Morgan, soit à Abydos même par M. Pétrie. Le numéro 20 fai-
sait partie d'un vase qui se tenait debout, avec un col débordant sur
la gorge et la panse commençait aussitôt sous cette gorge. Le nu-
méro 21 vient du tombeau de Perabsen et les trois suivants sont décorés
d'ornements similaires, en relief pour le 22, et gravés pour les nu-
méros 23 et 24. Le numéro 7 étant un vase en forme de pot à ouverture
assez large, attachée à un col trop court, et avec deux oreilles cylin-
driques : il rappelle en quelque manière la grande marmite en porphyre
publiée au numéro 17 de la planche XIV du second volume de ces rap-
ports'. J'ai réservé pour la fin* les numéros 0. 10 et 14 qui tous les trois
portent une inscription renfermant les trois autruches : au numéro 14,
il n'y a que la tète de l'oiseau avec son aigrette; au numéro 10, la tôle
avec l'aigrette et le cou de l'oiseau, et au numéro 9, les oiseaux sont
entiers, quoique peu apparents.

Je retrouverai plus loin ces mêmes signes; mais, dès à présent, je
dois dissiper une erreur qui s'est glissée dans le second volume de
l'ouvrage de M. de Morgan sur les Origines de l'Égypte. 11 a trouvé

1. E. Amélineau . Les nouvelles fouilles d'Ahydos, 1897-1898, pl. XIV, numéro 17.

2. Les numéros 25-32 de celte planclie XXII ont été examinés plus haut, ce sont des
fragments d'époque postérieure.
loading ...