Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 364
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0015
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
364 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

aussi ces trois autruches, comme il les appelle improprement, car une
autruche n'a pas d'aigrette surmontant sa tête, et ici les aigrettes sont
dessinées de manière à ce qu'on ne puisse pas s'y méprendre, comme
aussi d'ailleurs, sur les cylindres du tombeau royal de Neggadeh1, et il a
cru pouvoir en tirer la conclusion suivante : « On en trouve, dit M. de
Morgan en parlant des inscriptions qu'il a rencontrées dans le tombeau
de Neggadeh*, sur des plaques d'ivoire et sur des vases en pierre dure

où lés trois signes W\ se reproduisent si fréquemment que je suis
porté à croire qu'ils représentent l'un des noms du personnage enseveli
dans ce tombeau ». Si le sentiment de M. de Morgan répondait à la réa-
lité des faits, il serait gros de conséquences en faveur de l'antiquité des
tombes royales d'Abydos ; car, comme j'avais trouvé ce nom dans mes
fouilles d'Om el-Ga'ab, il faudrait avouer que celui qui l'a porté a rendu
un culte funéraire aux rois ses prédécesseurs qui ont été enterrés à
Abydos, et surtout si ce roi était Menés comme on l'a cru et soutenu, il
faudrait de toute nécessité avouer qu'il y a eu des rois antérieurs à
Ménès. Malheureusement je me crois obligé de combattre une théorie
qui me serait si favorable. Le nom du roi mort est presque toujours
renfermé dans un rectangle surmonté d'un épervier ou d'un animal ty-
phonien : j'aurai plus loin l'occasion de le montrer amplement : s'il
n'est pas renfermé dans le rectangle, car à cette époque on ne connais-
sait pas le cartouche, il était écrit tout simplement sans rectangle,
mais tel qu'on le trouve dans le rectangle. Le roi avait il à cette époque re-
culée un nom de double, un prénom et un nom? c'est ce que rien ne
prouve; tout concorde par contre à prouver le contraire. Le prénom ne
se trouve réellement établi que vers la sixième dynastie : pendant tout
l'Ancien Empire jusqu'à la sixième dynastie on ne trouve que le nom
de double et le nom. S'il en est ainsi, il ne serait pas invraisemblable
qu'une époque eût existé où le nom de double seul eût suffi pour dési-

1. .1. de Morgan : Recherches sur les origines de l'Egypte. Ethnographie et tombeau
royal de Xégadah, p. 165 et 168, <ig. 525 et 558. M. de Morgan dans les caractères hié-
roglyphique* de son texte (p. 161 et 162) ne met pas d'aigrette.

2. ld., p. 165.
loading ...