Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 367
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0018
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 367

La planche XXV, numéros 22-32 contient également onze fragments,
et malheureusement encore ces fragments appartiennent au moins à
quatre vases de môme de forme, sinon plus. Nous avons déjà rencontré
cette forme parmi les vases à grande dimension au premier paragra-
phe de ce chapitre, et j'ai dit que les deux spécimens de ces vases frag-
mentaires avaient une forme de cornet. Cette comparaison est assez
juste, car si je n'ai pas le vase entier, j'en connais cependant la forme
avec certitude. Parmi les fragments que j'avais recueillis, il y en avait
un qui était d'une immense importance pour déterminer la forme de
ces vases : c'était un tout petit fragment en pierre schisteuse ardoi-
sière représentant une sorte de houton qui arrêtait la descente nue de
la pierre, ressortait et finissait à deux ou trois centimètres plus has qne
cette poinle. Je l'ai eue, je l'ai vue, examinée et je sais parfaitement ce
que je dis. Qu'est-elle devenue? Lors du partage des ohjets, partage
fait au Musée de Gizeh entre M. Loret assisté par huit de ses employés
européens et moi qui étais seul, au milieu de l'affairement inévitable
de cette sorte d'opération, malgré mes avertissements et mes demandes
de ne pas agir avec précipitation, on fit comme pour les fragments de
poterie dont il a été question plus haut, on m'attribua une partie des
fragments représentés ici et on garda le reste: parmi ce reste était le bou-
ton qui terminait le vase. Lorsque je photographiai les objets qui avaient
été la part du Musée et que j'expliquai la chose, on me répondit que le
directeur n'était pas là, que la pièce avait sans doute été cataloguée
quoiqu'on ne la retrouvât pas, et qu'une fois cataloguée ou inscrite au
registre d'entrée, une pièce, si minime fût-elle, ne sortait plus du Mu-
sée. C'est ce qui m'a empêché de faire opérer la restauration de ces
vases.

Si je n'ai plus la partie inférieure, j'ai du moins la partie supérieure
de quatre de ces vases, et trois de ces fragments sont eux-mêmes com-
posés de deux fragments collés ensemble. Ces quatre fragments sont
de dimensions et de finesses inégales. Le premier à gauche devait avoir
l'ouverture très large, car la courbure de la circonférence est très
grande. On voit au second fragment qui fait partie de ce premier mor-
ceau une petite ligne faite par le changement de niveau opéré après

kl
loading ...