Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 381
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0032
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 381

exactement la même forme que celui de Neggadeh? Je n'ose le dire, ar-
rêté par ce fait que tous les couteaux entiers que j'ai trouvés à Abydos
avaient un manche, et que j'ai de plus trouvé de nombreux manches de
couteaux sans lame : ce serait la seule fois, à ma connaissance, qu'un
couteau sans manche aurait été trouvé dans la nécropole d'Abydos.

Le numéro 43 représente une hache assez grossièrement éclatée; non
pas une hache ayant servi dans une lutte quelconque, mais une hache
purement votive, car elle n'est formée que d'un éclat assez peu épais et
(jui n'aurait pas résisté longtemps aux coups que l'on donne dans une
bataille en règle. On remarquera la sorte de pédoncule amorcée à sa par-
tie supérieure dans la planche. Les haches de silex qu'à publiées M. de
Morgan ne ressemblent aucunement au type de cette hachette.

J'en aurai fini avec les objets de cette première partie, quand j'aurai
parlé des numéros 33 et 29. Le numéro 33 représente un objet que je
ne connais pas et qui, je crois, ne s'est pas encore rencontré en Egypte.
11 est fragmentaire, la partie allongée étant en effet brisée. Cette partie
descendait en ligne légèrement recourbée vers une sorte de talon. Arri-
vée à ce talon, la ligne se renflait subitement à la partie supérieure,
pour redescendre ensuite assez brusquement; pendant qu'au contraire
la ligne inférieure rentrait légèrement pour ressortir un peu ensuite et
aller rapidement rejoindre la ligne supérieure en s'infléchissant. Que
pouvait être cet objet? je dois dire franchement que je n'en sais rien,
et c'est à peine si j'ose formuler l'hypothèse que cet objet en silex aurait
été une sorte de boumerang que les Egyptiens auraient lancé et qui se-
rait revenu à eux après avoir touché le but.

Le couteau numéro 29 de cette partie provient, ainsi que les deux
autres de cette planche, d'un même tombeau qui se trouvait parmi les
petits que j'avais laissés la première année à la gauche du plateau qui
précédait la seconde butte : c'est le tombeau 6. Ce couteau est le premier
que je rencontre certainement avec une courbe dorsale aussi prononcée :
la lame est trop allongée de ce fait ; il n'y a pas de pointe, non plus d'ail-
leurs que dans les autres couteaux similaires : il n'est pas étonnant qu'il
se soit brisé à l'usage, car cette tombe, par extraordinaire, n'avait pas
été spoliée et ravagée brutalement comme les autres.
loading ...