Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 383
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0034
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES U AMYDOS 383

car ils sont trop petits et trop fragiles, trop menus et trop soignés pour
avoir réellement servi d'armes offensives. Cependant il ne faut pas se
faire trop facilement illusion sur leur petitesse relative; sur la photo-
typie elles sont réellement petites, mais comme elles ont éié réduites
au quart environ, une pointe d-^ flèch'r, comme le numéro 78, qui dans
la planche n'a que 0m,009, et en réalité 0,n,0348, soit presque 0Œ,03.ri. Et
ainsi des autres. Ces objets sont beaucoup plus fins que les pointes de
flèches trouvées dans la première campagne; l'art de tailler le silex y
est poussé jusqu'à ses dernières limites, surtout dans la flèche repré-
sentée au numéro .SI.

J'ai trouvé deux pointe de flèches comme celle qui est représentée
a cette planche XVII. La première me fut apportée un matin, à peine
les fouilles avaient-elles repris; je la considérai à loisir et je la fis re-
mettre dans le panier où l'on rassemblait les petits objets qui sortaient
des fouilles : ce fut un tort, je l'avoue, et j'aurais bien mieux fait de la
mettre simplement dans ma poche, car lorsque je fis enlever le panier,
la pointe de flèche ne s'y trouvait plus. Un surveillant pendant que
j'avais le dos tourné s'en était emparé et je ne l'ai plus revue. Aussi quand
on trouva la seconde je la mis de suite dans ma poche, de peur qu'elle
n'eût le sort de la première. Comme le lecteur le verra facilement en se
reportant à la planche, l'emploi de l'expresion pointe de flèche est tout
à fait impropre pour désigner l'objet représenté : de la pointe de flèche
il a bien le pédoncule à la base, et les lignes qui vont en rétrécissant la
surface à la partie qui surmonte le pédoncule; mais au lieu de se termi-
ner en pointe, les deux lignes s'écartent de chaque côté comme pour for-
mer un nouveau pédoncule, se rapprochent derechef pendant un court
espace, puis s'écartent encore et alors la ligne de gauche arrivée
à son extrémité va rejoindre horizontalement l'extrémité de la ligne
droite. Ainsi cette pointe de flèche n'aurait point eu de pointe : c'est
comme si elle eût été mouchetée, pour employer un terme d'escrime.
Quoi qu'il en soit de la nature de cet objet, il est évident qu'il n'a jamais
pu servir d'arme, puisque le tranchant ou la pointe n'existe pas; mais
il est non moins évident que l'homme qui tailla ainsi cet objet n'était pas
un vulgaire ouvrier : c'était un artiste consommé. Aucune pièce dans un

49
loading ...