Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 386
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0037
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
386 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

fois ce mobilier et ces provisions mis dans le tombeau, rien n'empêchait
les enfants, les parents ou les contemporains du décédé d'apporter à la
tombe de leur père, de leur parent ou de leur ami des objets qui ne
fussent pas exactement contemporains du décédé et de même dans la
suite des âges. Déplus, quand il s'agit de quelqu'un qui, comme Osiris,
eut un culte perpétué à travers tous les âges de l'empire égyptien, il est
hors de doute qu'un grand nombre d'objets apportés comme offrandes
ou comme ex-volo à sa tombe doivent être attribués à des époques plus
ou moins éloignées du temps où vécut ce demi-dieu. Ainsi non seule-
ment certains de ces objets doivent être attribués à l'époque des Mânes,
mais encore à l'Ancien Empire, ai Moyen, au Nouvel Empire et aussi
aux époques de décadence. Poui savoir à quelle époque un objet trouvé
dans les fouilles du tombeau d'Osiris doit être attribué, on a la ressource
d'abord devoir s'il n'est pas marqué au nom d'un roi quelconque parmi
ceux qui régnèrent sur la vallée du Nil; puis on peut encore se servir
de l'onomastique égyptienne, mais avec beaucoup de précautions; enfin
on a la faculté de pouvoir comparer les objets, leur matière, leur faire,
avec des objets semblables datés pleinement ou approximativement.
Quand il s'agit d'objets trouvés au fond de la chambre sépulcrale ou
des autres chambres d'un tombeau, il y a bien des chances pour que
cet objet soit de la même époque que celui auquel il a été consacré ou
d'une époque voisine; mais quand on l'a trouvé à l'extérieur de la tombe,
dans la couche des cendres qui ont été le résultat de l'incendie, ou dans
tout autre endroit des décombres, on n'a plus alors pour boussole que
la présence des noms de rois, l'emploi d'un nom qui est parfois une date,
ou la comparaison.

Aussi suis-je loin, bien loin de penser que les objets, même très an-
ciens, que j'ai trouvés dans les tombes d'Osiris, de Set et de Horus, et
même de Perabsen sont contemporains de l'époque à laquelle vécurent
ces personnages. Pour Set et Horus, le culte funéraire ne persista pas
très longtemps, s'il en faut en croire les objets rencontrés dans leur
tombe: de même pour Perabsen dont le culte semblerait s'èire trans-
porté à Memphis, ce que je re .agarde pas comme possible; pour les
autres tombes royales ou particulières qui étaient rangées autour du
loading ...