Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 390
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0041
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
390 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

massive. Cette différence serait encore plus grande je crois pour le
numéro 1. En outre, le peu de hauteur de ces vases et la grande difli-
culté qu'offraient le forage et le polissage de l'ivoire ont sans doute été
cause que le vase se tient debout tout droit, .ans infléchissement de
la ligne vers le milieu de la hauteur et sans sou renflement vers !a base.
Des huit vases représentés à la planche XIV il n'y a en effet que le
numéro i qui ait la ligne concave dont je parle, encore est-elle défec-
tueuse, arrivant trop tôt au milieu et se renflant pendant trop longtemps.

Le numéro 10 est un vase en ivoire de forme particulière : il était
évasé, n'ayant qu'une assiette relativement petite. C'est lè seul exemple
de cette forme qu'on ait encore rencontré, car les vases trouves par
M. de Morgan qui n'ont pas la forme cylindrique ont une forme diffé-
rente, preuve que les artistes de l'Egypte s'essayaient à rendre en
ivoire toutes les formes du vase en pierre dure.

Ces vases portaient parfois des inscriptions : ainsi quatre des premiers
numéros de la planche portent trois inscriptions différentes : le premier
a les trois soi-disant autruches que M. de Morgan a prises pour un nom
de personnage'. Le numéro 2 contient un dieu hiéracocéphale avec
plusieurs points en dessus, et je ne peux dire quels étaient les signes
dont le personnage hiéracocéphale était le déterminatif. Les numéros.'}
et 5 contiennent tous les deux les signes , soit en ce sens soit
vice versa. Nous avons déjà rencontré plus haut ces mêmes signes qui
décoraient aussi des vases rencontrés par M. de Morgan dans le tom-
beau royal de Neggadeh. Le numéro 10 portail aussi une inscription,
mais fort différente de celles que nous avons vues sur les vases précé-
dents, si l'on en juge par les fragments de signes qui ont échappé à la
destruction. Malheureusement on n'en saurait rien tirer de précis et je
ne peux que le signaler à l'attention de ceux qui seront plus compé-
tents que moi.

IL — PlKDS DE LIT EN IVOIRE.

Après les vases cylindriques je dois examiner les pieds de lit en

1. J. de Morgan : Recherches sur les Origines de l'Egypte, t. II, p. 165, a adopté ce
■estiment.
loading ...