Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 395
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0046
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 395

compte de la merveilleuse conservation de ces objets, témoignage le
plus beau de l'art splendide auquel les artistes égyptiens étaient déjà
arrivés à celte lointaine époque.

III. Pièces d'échecs en ivoire.

Les pièces de jeu d'écliecs trouvées dans les tombes avoisinant
celles d'Osiris ont été figurées à la planche XV et sont au nombre de
cinq; quatre pions et une tour. Les pions ont la forme qu'ont à peu de
chose près nos pions de jeu de dames, mais un peu plus bombée : c'est
la forme même que l'on avait représentée sur le damier égyptien qu'on
trouve dans la tablette d'ivoire du tombeau royal deNeggadeh, tombeau
qu'on a prétendu être, à tort, selon moi, celui de Ménès, précisément
a la suite de la présence d'un semblable damier dans le nom de la salle,
comme l'a montré M. Naville et comme je le montrerai à nouveau plus
loin. Ces pions, si l'on s'en rapporte seulement à leur taille, me sem-
blent avoir appartenu à trois jeux différents : les deux premiers à
gauche de la tour sont de deux tailles différentes, le premier a environ
un grand diamètre de 0ra,015G pendant que le second n'a que 0m,0139. Les
deux ont une hauteur de 0m,00S4. Evidemment la différence n'est pas
grande, mais elle est fort visible, même sur la photographie. Une diffé-
rence proportionnelle existe entre les diamètres des diverses calottes
sphériques formant le pion.

La forme de ces pions n'est pas la seule que j'ai rencontrée, car,
quand il sera question des objets trouvés dans le tombeau de Perabscn,
nous nous trouverons en présence d'autres pions de forme analogue à
celle du pion hiéroglyphique et aussi, quoique de plus loin, à celle
employée dans nos jeux modernes. La tour a conservé de nos jours la
forme qu'elle avait déjà dans l'antiquité, même l'antiquité la plus
reculée, comme celle dont il s'agit ici. Celte tour a un diamètre plus
grand à la base qu'au sommet : ce diamètre donne à la tour une forme
trop massive, mais il est facile de comprendre que primitivement il en
ait dû être ainsi, lorsque les hommes encore trop peu expérimentés
dans l!art de bâtir tenaient avant tout à donner à leurs constructions
une solidité à toute épreuve et qu'ils croyaient que la stabilité de leurs
loading ...