Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 398
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0049
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
3'.18 LES NOUVELLES FOUILLES U'ABYDOS

deux tic deux signes et ^ <r=a=>. La première ne s'est rencontrée
que dans la tombe royale de Neggadeh, la seconde est fort connue,
soit par les vases et les tablettes de Neggadeh, soit par les vases d'A-
bydos. Ces trois tablettes représentées aux numéro 2(3, 27 et 28 sont des
plus importantes parce qu'elles contiennent des inscriptions nouvelles
et même des signes nouveaux, comme le numéro 2G où le signe le plus
élevé représente une chouette faite d'une façon très archaïque si c'est
bien une chouette, pendant que le second signe me semble tout à fait
inconnu. Je ne m'attarderai pas à proposer une explication persuadé
que je suis qu'elle serait prématurée. Je dirai seulement à propos de
l'usage de ces tablettes qu'elles devaient être suspendues à quelque
chose, sans doute au cou du mort, car elles contiennent toutes les trois,
comme celles de M. de Morgan, un trou qui permettait de passer la
corde servant à les suspendre et à les attacher.

Je rattacherai à ces objets une toute petite plaquette fragmentaire
contenant deux inscriptions, une à sa face antérieure et l'autre à sa face
postérieure : c'est le numéro 7. L'ivoire de cette plaquette a été brûlé,
mais il est encore assez bien conservé. Elle devait aussi être suspendue
au cou ou ailleurs, car il y a un trou servant à passer le fil. Cette petite
plaquette est remarquable par le signe complexe qu'elle porte à sa par-
tie antérieure, car ce signe est inconnu dans le catalogue des signes
égyptiens, ce qui n'est pas de grande importance puisque nous avons
rencontré déjà un assez grand nombre de signes nouveaux, mais il com-
prend des éléments qui ont un air assyrien, ce qui est beaucoup plus
grave. Les deux signes inscrits dans la coupe et au dessus sont évidem-
ment étrangers à l'Egypte : le premier est le double clou =—- et le se-
cond est , peut-être le même, mais peut-être aussi autre chose. La
partie gauche de cette tablette est fruste, et c'est malheureux parce
qu'un signe a été brisé. Quant à l'inscription postérieure, il me semble
que c'est le même signe qui a été rencontré plus haut, c'est-à-dire le
fuseau primitif égyptien. Celte mince tablette provient de la couche do
cendres avoisinant le tombeau d'Osiris. Je ne l'avais pas comprise
par oubli dans l'énumération des plaquettes d'ivoire trouvées dans
les fouilles de la troisième campagne.
loading ...