Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 403
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0054
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

403

teau dans la forme des hiéroglyphes classiques, mais dans ce cas qui
n'est certainement pas le couteau, mais figure vraisemblablement le
squelette couché dans la tombe. Derrière la porte de la maison d'éternité
est un groupe de signes dont je ne distingue nettement que celui du
bas qui me semble être © , c'est à-dire la ville. Puis vient le nom de
double du roi enterré, avec l'épervier tenant le haut de la maison entre
ses serres, et dans l'intérieur le même hiéroglyphe que précédemment.
Ce registre se termine par deux signes que je ne reconnais pas, mais dont
le dernier pourrait bien être le vw», Telle est cette tablette qui est com-
plètement différente de celles que MM. de Morgan et Pétrie ont trou-
vées. Celles de M. Pétrie n'offrent presque aucun point de contact avec
celle-ci, et celle de M. de Morgan n'en a d'autres que le nom de la salle

el les signes , ^ c£_J qui ressemblent terriblement au commencement

de la plaquette —=^ t/]. Comme la tablette de M. de Morgan

cependant, celle-ci se rapporte sûrement aux cérémonies des funé-
railles du roi désigné par son nom de double. Je laisse à de plus
habiles que moi le soin de l'expliquer tout au long : on y arrivera sans
doute, mais après bien du temps et bien du travail perdu d'abord, et
qui ne sera récompensé qu'à la fin.

IV. —Ustensiles divers en ivoire.

Je comprends sous ce titre général tous les fragments qui composent
la planche XV et quelques autres des planches précédentes. Je prends
le mot d'ustensiles dans son sens le plus général d'objets de service et
j'y fais entrer tous les objets en ivoire qui ne sont pas décrits dans les
planchés précédentes et la suivante.

Tout d'abord le plateau numéro 1 qui est représenté dans sa partie
postérieure avec le tenon (?) du milieu, sous la partie qui recevait ce qu'on
y déposait. La forme, autant qu'on en peut juger par ce qui en reste,
devait être jolie, élégante, et il était taillé en biseau. Je ne sais à quoi
pouvait servir ce que je nomme le tenon, ou le cordon du milieu à la
partie postérieure; l'équilibre devait en être rendu fort instable. Ce pla-
teau porte à sa partie postérieure le nom du Pharaon auquel il avait été
loading ...