Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 407
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0058
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS SÔ7

de porter des bracelets d'ivoire, que ces bracelets ont été brûlés en
grande partie par les incendies multiples allumés par les spoliateurs,
et en outre que ces bracelets avaient une circonférence trop petite pour
avoir été autre chose que des bracelets votifs déposés dans les tom-
beaux voisins du tombeau central et que je continue toujours à consi-
dérer comme le tombeau d'Osiris.

11 y a en outre un certain nombre d'autres fragments dont la forme ne
nous apprend absolument rien sur l'usage auquel servait le monument
alors qu'il était intact : tels sont les numéros 15,10,33,35,40,47,53,56,64,
65,66 et67; et d'autres dont la l'orme ou la destination nous est indiquée
par un détail de la configuration : ainsi les numéros 10, 12, 13, 14, 19,
27, 30, 31, 34, 41, 42, 43, 44, 45 et 61. Le numéro 10 devait appartenir
à un minuscule coffret, ainsi sans doute les numéros 12 et 44 avec
leurs arêtes saillantes; les numéros 13 et 43 appartenaient à un plateau
comme celui dont il a été question au paragraphe précédent de ce cha-
pitre; le numéro 30 est analogue sans doute au fragment du para-
graphe précédent où l'on voit les caractères \ ; le numéro 31, à l'objet
décrit plus haut après le clou assyrien; le numéro 34 appartenait à un
coffret; le numéro 41 est un clou rond, très élégant, très habilement fait
par un ouvrier qui avait le sentiment de la ligne; le numéro 45 nous
montre au contraire une autre façon de clou avec une calotte sphérique
lui servant de tête, pendant que le numéro 61 faisait sans doute partie
d'un coffret. Le numéro 27 avec sa mortaise en forme de plan par terre
d'une maison nous montre que les ouvriers de l'Egypte se jouaient de
la difficulté, car cette partie de l'objet est si menue que l'ouvrier dut
user d'une grande habileté pour en arriver à bout.

Parmi les autres numéros de cette planche je ferai observer les cy-
lindres 62, 63 et 70 avec leurs mortaises : je crois que ces fragments
devaient faire partie d'un ou plusieurs lits votifs comme le grand et
lourd cylindre en bois d'ébène dont il sera question plus loin. C'est sans
doute à ces lits votifs que les petits pieds de lit dont il a été question au
commencement de ce chapitre servaient d'appui, comme les grands
devaient servir aux grands lits représentés par la pièce de bois d'ébène
dont il sera quesl ion au chapitre des objets en bois. Le numéro 47 est fait
loading ...