Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 422
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0073
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
422 LES NOUVELLES FOUILLES D'AIBYDOS

obliques et se rencontraient, sans que leur point de contact formât
un angle droit. J'imagine que c'était par là qu'on faisait entrer et sortir
les bandes d'étoffe, ou sangles, qui permettaient l'usage du lit. Comme
les mortaises n'étaient pas régulières, la chose ne devait pas être facile,
mais la patience vient à bout de toutes les difficultés. Sur le pourtour
de la pièce de bois, à peu près en son milieu et à l'opposé des mortaises
on avait fait une longue entaille de 0m,295, large de 0m,015 et ayant
cette forme < >, Je ne sais à quoi elle pouvait servir.

La seconde pièce est beaucoup plus grande, elle avait demandé beau-
coup plus de travail compliqué, et elle était moins finie que la précédente.
Elle a lm,19 en longueur; le tour, près de l'extrémité intacte est de
0m,177, tandis qu'au milieu, autant qu'on peut en juger actuellement,
il était d'au moins 0m,22. Ce qui empêche de mesurer exactement le
tour, c'est que sur trois côtés, il a été grossièrement équarri. A l'extré-
mité qui semble entière, il n'y a pas de tenon, et du côté où la pièce de
bois a conservé sa rondeur sont deux séries de quatorze mortaises éta-
gées les unes au-dessus des autres. Ces mortaises sont plus petites
que les précédentes, puisqu'elles n'ont que 0m,039, 0m,037 ou 0ra,040
de longueur, larges uniformément de 0m,003; la seconde rangée de ces
mortaises est en arrière de la première de 0m,016. Elles sont irréguliè-
rement espacées : de l'extrémité intacte à la première, il y a 0m,016; de
la première à deuxième, il y a 0"',082 ; celle-ci est distante de la troi-
sième deOm,035, et la troisième est éloignée de la quatrième de 0"',04,
etc. La rangée de droite commençait par une grande entaille, pro-
fonde de 0m,034, large de 0m,0i8 et longue de 0m,039 : le haut est dé-
truit vers l'extrémité supérieure de la pièce de bois, et dans l'échan-
crure faite par le bris du bois, on voit encore l'aboutissement de la
première mortaise de la rangée d'arrière, ce qui laisse supposer qu'il
y en avait une correspondante et que l'entaille dont il vient d'être ques-
tion avait un but tout à fait différent de celui des mortaises à passer la
sangle et qu'on devait y encastrer le pied ou le support du lit. A l'autre
extrémité de la pièce de bois, elle était beaucoup plus grosse et il y
avait une forte entaille de cette forme <ZZ du côté opposé au premier.
Cette pièce de bois, primitivement ronde et polie, avait été équarrie sur
loading ...