Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 426
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0077
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
426 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

des couleurs, et il me promit de faire son possible pour réussir. Son
espoir ne fut pas trompé et il m'envoya par la suite deux clichés et deux
épreuves, dont une agrandie, de la double inscription. Je le remercie
ici publiquement de la bonne grâce avec laquelle il fit ce travail sans
vouloir accepter de rétribution. En étudiant le contenu de la planchette,
je regrettai vivement de ne pouvoir rendre distincte chaque inscrip-
tion séparée, mais la chose m'a été certifiée impossible, parce que les
deux couleurs viennent noires sur l'épreuve et je me suis soumis à ce
verdict des gens compétents. Ce qui est tout d'abord évident dans cette
tablette, c'est qu'il y avait une double inscription, l'une à l'encre rouge,
l'autre à l'encre noire, et que cette dernière à été superposée à la pre-
mière : celle-ci dans la phototypie qui est publiée à la planche XXXVII,
numéro 3 est venue en blanc tandis que la seconde est restée en noir.
Il y a une preuve péremptoire qu'il en a été ainsi, c'est que l'auteur de
la seconde inscription a fait percer un trou dans la partie supérieure
droite, et que ce trou a détruit une partie du signe rouge tracé en des-
sous. Par conséquent, la tablette est en son état primitif. Je dirai
d'abord ce que je vois dans l'inscription en noir.

Le lecteur qui prendra la peine de comparer cette tablette avec une
tablette de Den publiée par M. Pétrie à la planche XI, numéros 14 et 15
du premier volume de ses Tombes royales de la Ve dynastie, verra
sans doute au premier coup d'oeil que l'inscription en noir est de très
près apparentée avec l'inscription de la tablette de M. Pétrie; il y a
cependant certaines différences que je dois faire observer. Tout d'abord
si l'aspect général est le même, si la branche de palmier, signe des
années, se trouve au commencement de la tablette, si les signes Cl se
trouvent en haut, trois près de la branche de palmier, trois en arrière et
assez éloignés du trou, si le rectangle surmonté de l'épervier est après
la première partie de la tablette, si à l'extrémité on voit l'un au dessus
de l'autre deux rectangles, comme dans la tablette de Den, il n'en est pas
moins certain que la tablette à inscription noire n'était pas séparée en
deux parties par une ligne noire qui aurait du tomber verticalement du
haut en bas, comme dans celle de Den publiée par M. Pétrie. De même la
partie intérieure n'estpas divisée en trois registres, comme dans l'autre ;
loading ...