Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 439
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0090
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS '»39

et à celui des flèches, que les Egyptiens de cette époque connaissaient
deux sortes de pointes de flèches, les unes en silex, les autres en ivoire
et en bois dur. Par conséquent pour faire des pointes de flèches en cris-
tal de roche, ils pouvaient choisir entre la double forrtie de ces pointes,
d'autant mieux qu'elles étaient loin, bien loin de se ressembler. Ils ont
choisi la forme de la pointe en silex; ils ont taillé leur cristal en consé-
quence, effilant la pointe, élargissant au contraire l'arme à mesure
qu'elle s'approchait du pédoncule qui est très apparent sur douze de
ces pointes. S'ils ont choisi la forme des flèches de silex, s'ils ont su
leur donner toutes les parties de la pointe à silex, il est assez vraisem-
blable qu'ils ont voulu donner à ces armes votives, car je ne crois pas
qu'aucune de ces pointes ait jamais pu servir, tant elles sont fragiles, il
est, dis-je, vraisemblable qu'ils ont voulu leur donner toute l'apparence
des flèches en silex; de là les éclats figurés ménagés dans le cristal
comme si on l'eût fait réellement éclater, quand il était en réalité impos-
sible de le tailler de la sorte. Ce qu'on voulait obtenir, c'est l'apparence,
et l'apparence a été obtenue par des moyens en rapport avec la taille
du cristal : d'où ce que j'ai nommé les facettes du cristal en ces sortes
d'objets.

Ces pointes de flèches étaient de toutes les tailles, depuis celle qui
n'a que 0m,03 comme le numéro 10, jusqu'à celle qui mesure 0m,076,
comme le numéro 16, ce qui est une longueur très grande pour les
pointes de flèches en silex. La pointe est plus ou moins effilée selon la
longueur de l'objet : les numéros 13, 14 et 15, môme 16, nous montrent
la délicatesse de travail que l'on pouvait obtenir en ce genre : le
numéro 15 n'a qu'environ 0m,0013 près du pédoncule et le numéro 13
est encore plus petit. La pointe proprement dite atteint une finesse
vraiment extraordinaire. L'habileté des ouvriers qui taillèrent ces
pointes de flèches en cristal de roche était donc réellement surprenante :
nous ne pouvons nous empêcher de les saluer quand nous les rencon-
trons.

Le numéro qui suit, à savoir le 25, nous donne un fragment de vase
qui n'aurait rien de remarquable et de digne d'attention par lui-même,
s'il ne contenait une inscription gravée. Cette inscription au premier

56
loading ...