Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 441
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0092
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 441

d'une inscription comme celle du numéro 3 montrant que l'édifice Hor-
pa-ua fut le premier gravé sur le vase avec le nom du roi ; puis, plus
tard, l'édifice Sa-neb-ha fut inscrit sur le bol. Ainsi la « maison du
seul Horus » — Hor-pa-ua — était le nom du palais, et la « maison de
toute fortune » — Sa-lta-neb — était le nom de la tombe où le bol lut
déposé plus tard '. » Évidemment les deux auteurs ne sont pas trop
d'accord sur leur traduction ; mais on ne saurait nier que la palme n'ap-
partienne à M. Pétrie. De plus n'est-il pas réjouissant de voir que, sans
aucune autre donnée pour résoudre un problème aussi difficile, sans
aucune pensée qu'il pouvait ne pas en être ainsi. M. Pétrie affirme avec
mperturbabilité que le roi Qâ avait d'abord un palais, puis qu'il eut
une tombe, puis encore qu'on transporta le « bol » du palais dans la
tombe : on croirait vraiment que M. Pétrie était présent au moment où
se fit la dernière opération et qu'il l'avait notée avec soin pour publier
sa note le jour qu'il écrirait ses Mémoires. Heureux M. Pétrie qui peut
affirmer que le roi Qâ avait un palais, où il conservait ses vases en
attendant qu'il les fît transporter dans son tombeau! M. Pétrie n'a
oublié qu'une chose, etc'était précisément la seule qu'il eût pu affirmer,
c'était de dire par qui avait été opéré le dépôt des vases dans la tombe,
car les noms des déposants sont fournis par les inscriptions en ques-
tion. C'étaient des prêtres ou de hauts employés de la maison funéraire.

La planche IV contient 34 de ces fragments qui sont de toutes les
grandeurs. Ces fragments ont ceci de particulier qu'ils sont beaucoup
plus fins que ceux dont il a été question dans les premières pages de
ce chapitre et qu'ils ont dû coûter autant de travail et témoignent d'au-
tant d'habileté que les pointes de flèches, quand ils n'ont pas coûté
plus du premier et ne témoignent pas plus de la seconde. Tous les
fragments réunis et représentés dans la planche IV appartenaient à des
vases, assiettes, bols, vases à panses, etc., sauf de très rares exceptions
comme le pectoral soutenu par une chaîne d'or. Je n'ai pas été assez
heureux pour trouver des animaux sculptés, comme l'a fait M. de Mor-
gan à Xeggadeh'; mais les fragments de la planche IV peuvent jeter

1. W. M. PI, Pétrie, The royal tombs of Abydos, p. 21, col. 1.

2. Ibid., p. 40, col. I.
loading ...