Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 443
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0094
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 443

C'est le numéro 7. Tel qu'est le fragment, on n'en peut trop deviner la
forme : on voit seulement que, près de la chaîne d'or, les deux arcs de
cercle qui formaient les côtés se rejoignaient, et c'est tout ce qu'on en
peut dire. J'ai fait rechercher avec le plus grand soin les autres frag-
ments ; je n'en ai pas rencontré un seul qui se rapportât au fragment
trouvé et je crois bien que la perte est irréparable.

Je passe maintenant à l'examen des perles qui sont représentées au
milieu de la partie inférieure de la planche XXV. Ces perles ont été
trouvées et ramassées une à une pour la plupart et, si elles ont été
réunies en chapelets, c'est uniquement pour former un tableau photo-
graphique agréable à l'œil.

Sous le rapport de la matière dont elles sont faites, les perles trou-
vées au cours de la troisième année sont en pierre, en verre ou en terre
cuite. Les premières sont uniquement en cornaline, comme la partie
supérieure du numéro 4, le numéro 5 à l'intérieur et la partie inférieure
du numéro 21. Au numéro 5 est une belle et longue perle cylindrique,
à peu près intacte : le cylindre est bien arrondi et il est percé à son
centre d'un trou très apparent, qui occupe presque tout le milieu de la
perle. Les perles en verre sont peu nombreuses : elles sont ou rondes
ou ovoïdes; le lecteur trouvera aux numéros 4, 6, 11, 14, 19 et 21 des
spécimens de ces perles rondes, tandis que le numéro 5 lui donnera
une forme presque régulièrement ovoïde. Cette perle avait encore
conservé le fil de métal qui servait alors à la réunir à sa voisine, et,
chose bien curieuse à constater, ce fil de métal était formé d'après les
mêmes principes qui servent encore aujourd'hui aux faiseurs de chape-
lets. Les verroteries étaient très connues à l'époque ayant précédé Mé«
nés : j'en ai trouvé un fort grand nombre dans les fouilles d'El'Amrah.
Les perles en terre cuite ont la forme cylindrique et la forme d'une
couronne sphérique : le lecteur 1 observera de lui-même dans le grand
chapelet qui porte le numéro 5. 11 n'y a, somme toute, rien de bien re-
marquable dans la facture des perles dont je viens de parler; mais je
me devais à moi-môme et à mes lecteurs de faire passer sous leurs
yeux ces reliques du passé, si peu de valeur qu'elles puissent avoir.
loading ...