Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 445
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0096
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 445

sur la table. Près de chacun d'eux est un petit personnage à tête hu-
maine sur un corps d'oiseau : il ligure sans doute l'âme. En avant de la
table d'offrande, de chaque côté du canal est un chacal, celui de droite
affronté à celui de gauche. Au dessus du canal pour la sortie des
liquides est une grenouille, la tôte tournée vers l'extérieur. C'est le
seul exemple d'un semblable monument qui, cela va de soi, ne saurait
aucunement appartenir à l'époque préhistorique, ni même aux deux
premières dynasties. A l'arrière de ce monument qu'on a dû décaper, on
voit une inscription hiéroglyphique laite au trait qui m'a semblé illisible

mais où l'on distingue encore très bien le signe jj.

Les numéros l, 2, 3, 4, 5, 6 et 7 sont sept fragments qui ne furent
pas déposés dans le tombeau comme un objet usuel, mais comme un
monument votif, et je ne le crois pas non plus de l'époque préhistorique,
quoiqu'il soit beaucoup plus ancien que le précédent. II fut trouvé cassé
et enfermé dans un pot encore luté : il était composé de six fragments,
plus un clou, le tout mélangé à des cendres. Le métal est du cuivre
pur. Si l'on rapproche ce fait de l'autre fait que j'ai déjà signalé, à sa-
voir la trouvaille du coffret de Tout-ônekli-Amen en de semblable cir-
constances, on est conduit à attribuer à ces fragments de cuivre pur
une origine peu différente, et par conséquent une époque éloignée des
deux premières dynasties et de l'époque antécédente. Je n'en dirai pas
plus long, parce que je n'en sais pas plus long : il reste toujours pos-
sible que les fragments de ce qui était ou un vase ou une plaque, puissent
appartenir à une époque très rapprochée des deux premières dynasties ,
sinon à ces deux premières dynasties elle-mèmes. J'ajouterai seulement
que la téte du clou était couverte d une feuille d'or. Les numéros 14 et
15 de la môme planche sont deux grands disques repliés sur eux-mêmes
par moitié. Gomme cette partie de la planche a été réduite au sixième
et que le disque de droite mesure à son axe 0m,0465 sur la phototypie,
il a en réalité CP,279, c'est-à-dire près de 0m,28, ce qui ne laisse pas que
d'être un diamètre considérable. J'ai laissé ces deux disques dans la
forme où je lésai trouvés; si je les avais dépliés, ils se seraient bien cer-
tainement brisés et l'on n'aurait pu en réunir les morceaux. Le petit frag-
ment en dessus du grand disque porte une inscription qui montre que
loading ...