Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 447
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0098
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 447

bydos, et, pour cette raison, je les avais prises pour des chaudières
votives. Mais la découverte de la partie supérieure de cette grande
canne en bois, ayant encore une forme analogue à celle de l'enveloppe
de cuivre m'a ouvert les yeux, ainsi que je l'ai dit plus haut. Cette feuille
de cuivre avait été battue et étalée au marteau; la ligne de jonction se
voit très bien, car les parties martelées se sont disjointes après le long
laps de temps pendant lequel elles ont duré. Ainsi les Égyptiens dès
la plus haute époque connaisaient au moins trois genres de canne
ornées dans leur partie supérieure d'un ornement de métal, ou entière-
ment recouvertes d'une feuille métallique très mince.

La planche VIII est tout entière consacrée à des objets en métal,
presque tous des objets en cuivre pur. Tout d'abord il y a les aiguilles
représentées aux numéros 11 et 17, les premières très fines, conservant
encore l'oxyde de cuivre dans lequel elles lurent rencontrées. Quelques-
unes de ces aiguilles étaient très grandes, comme le numéro 25 ou
comme le numéro 17 qui représente une aiguille de grande dimension
et de forte taille. Elles devaient être canaliculées et faites par les replis
du métal ramené plusieurs fois sur lui-même. A côté des aiguilles je
placerai les fragments de lamelles très minces qui devaient sans doute
avoir été employées comme les feuilles dont il a été question plus haut;
ce sont les numéros 3, 5 et 12; mais il n'est pas complètement certain
que le numéro 5 ne soit que du cuivre. Le numéro 16 est un petit poids
en cuivre dont je ne sais quelle valeur ou quel poids il peut avoir,
quoiqu'il serait assez facile de s'en assurer. Le numéro 18 représente
un serpent et peut-être est-ce un bracelet. Si c'est bracelet, il ne doit
pas appartenir à la période préhistorique ou des deux premières dynas-
ties. Il contient en son milieu un petit chapeau qui entourait un clou ;
il en est de même de l'objet représenté au numéro 1, quoique la Forme
n'ait pas été conservée, mais on voit encore le trou fait par le clou
entouré. Maintenant si je rejette l'examen des numéros 20, 21, 22 et
23 à plus tard, comme avant été rencontrés dans le tombeau de Perab-
sen, il ne ine reste plus à examiner que les numéros 2, 4, 5, 6, 7, 8, 9,
15, 19 et 24.

Les six objets représentés aux numéros 4, 6, 7, 8 et 9, sont de

57
loading ...