Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 451
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0102
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 451

marques de piété funéraire, soit envers Osiris, soit envers les membres
de la famille en général. J'ai trouvé toutes ces chevelures, sans aucune
exception, je crois, dans l'intérieur des tombes : elles étaient éparses
dans le sable où on les rencontrait à mesure qu'on vidait les tombeaux.
Ouelques-unes d'entre elles étaient rencontrées vers le milieu de La
profondeur du tombeau, la plupart vers la partie inférieure, mais au-
cune au fond de la tombe : quelques-unes seulement ont été trouvées
presque à la surface du tombeau. Ces détails ont ou auront leur impor-
tance pour les conclusions que l'on pourra tirer ou que je tirerai moi-
même de ces prémisses. Je dois aussi faire observer que ces chevelures
ou ces offrandes en cheveux ont été seulement rencontrées dans les
tombes situées du côté est; pas une tombe du nord, de l'ouest et
du sud n'en a livré une seule mèche. Il est vrai que la première année
de fouilles on a pu en trouver quelques-unes sans m'avertir dans les
tombeaux qui formaient la première rangée du nord et quelques-uns
qui furent ouverts à l'ouest : si cela était, je n'ai aucun doute que
M. Pétrie qui m'a succédé, qui a fait passer au crible les décombres
que j'avais enlevés, ne les ait trouvées, puisqu'il est censé avoir apporté
beaucoup plus de méthode et de conscience dans sesfouilles que je n'en
ai moi môme apporté : comme il n'a rien publié en ce genre, on est
conduit à conclure qu'il n'a rien trouvé. Par conséquent, c'est seule-
ment du côté est que se trouvaient ces nattes.

Dans presque toutes les tombes ouvertes autour du tombeau d'Osiris
on a trouvé des caisses où avait été renfermé le squelette, parfois dans
ces caisses en bois de cèdre on a trouvé des objets, soit vases, soit toute
aiHre choses : pas une seule fois il n'a été trouvé de nattes de cheveux.
Ces nattes de cheveux ne pouvaient donc appartenir au crâne du sque-
lette, quand même tous les squelettes renfermés dans les tombeaux des
trois rangées de l'est eussent été des squelettes de femmes, ce qui
n'était pas. Par conséquent elles n'ont pù être que des objets votifs dé-
diés à un être cher et disparu : c'est une coutume qui a régné presque
dans toutes les civilisations anciennes à une certaine époque : les
exemples en sont si connus que cela me dispense d'en citer.

Le champ de la trouvaille étant ainsi bien limité et le but poursuivi
loading ...