Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 464
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0115
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
464 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYUOS

cru devoir le faire, et peut-être le pouvait-il; passons. Mais alors je me
suis demandé pourquoi sur les 42 stèles reproduites en mon volume,
il n'en a donné que 31. Je serais peut-être resté insensible à cette ma-
nière de faire, malgré qu'on ait pris le soin de me le laire savoir ami-
calement, si je n'avais lu de mes propres yeux les paroles suivantes
employées par M. Pétrie à la page 27 de son ouvrage : « Gomme il est
important de pouvoir comparer ensemble tout ce qu'on a de semblables
monuments, j'ai dessiné de plus à la planche XXXII toutes les stèles
trouvées dans ce cimetière par la mission Amélineau, autant qu'on
peut les distinguer dans les photographies publiées'. »

Ainsi M. Pétrie a bien voulu dessiner toutes les stèles que j'avais
publiées, et il en a seulement publié 31 au lieu de 42. Il est vrai qu'il y
a une restriction; mais cette restriction est assez habilement calculée,
pour laisser toute la latitude désirable afin de passer sous silence ce
qu'on ne veut pas dire et afin de faire croire à ses lecteurs qu'on a lar-
gement été plus heureux que son émule. De plus, comme le chiffre des
stèles omises est de 14, c'est laisser à ses lecteurs le soin de conclure
que le soin apporté par l'auteur anglais à son ouvrage est au moins un
tiers plus grand que le soin apporté par l'auteur français; mais ce pauvre
auteur français n'a pas senti le besoin, après avoir reproduit mécani-
quement les stèles qu'il a trouvées, de refaire d'autres planches où ces
mêmes stèles auraient été dessinées par un dessinateur qui aurait été
difficilement plus malhabile que M. Pétrie. Il est vrai que levolume de
M. Pétrie y a gagné en ampleur; mais y a-t-il autant gagné en valeur?
C'est un point qu'il serait facile de décider. De plus, ce n'est pas dans
les ouvrages de M. Pétrie qu'on peut aller chercher des modèles de
bonnes planches. Mais les lecteurs anglais seront contents de voir sa
supériorité ainsi prouvée.

Tout a donc été calculé par M. Pétrie pour obtenir les divers résul-
tats que je viens d'indiquer avec une habileté dont il peut être fier.

1. Comme ces paroles sout importantes, je prends soin de citer le texte même de
M. Pétrie : « As it is important to be able to compare ail of such material logelher, I hâve
further sketched au pl. XXXII, ail the stèles found in this cemetery by the Mission Amé-
lineau, so for as auything can be discerned in the photographs published ». YV. M. Fl.
Pétrie. The royal tombs of the first dynasty, I, p. 27, lre col., 1. 10-15.
loading ...