Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 468
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0119
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
468 LES NOUVELLES FOUILLES U'ABYDOS

Tous les autres bouchons dont il va être question remontent à la plus
haute époque. Ils ne sont pas fort nombreux et sont malheureusement
dans un état de dégradation qui empêche la lecture de ceux sur lesquels
le cylindre avait laissé les traces les plus visibles. En outre, l'incendie
violent allumé, soit dans la cour en plein air, soit dans les chambres
particulières du tombeau d'Osiris en a gâté les plus beaux spécimens et
les plus importants, en cuisant la terre dont ils étaient faits et en ren-
dant illisibles des signes qui ne ressortaient déjà que fort imparfaite-
ment.

Le premier des bouchons qui se présente à nous au numéro 12 de cette
planche est celui d'un roi dont nous avons déjà rencontré le nom sur
un petit plateau d'ivoire. 11 est écrit par un signe inconnu, que M. Pétrie
a cru pouvoir lire, sur la foi de M. Quibell, Djer. J'ai déjà fait remarques
que ce signe ne peut pas, à ma connaissance, s'être réduit plus tard à

l'hiéroglyphe Ce bouchon est fait de terre argileuse; il a été

estampillé de manière si malheureuse et si incomplète, si peu soignée,
qu'on ne peut rien distinguer autre chose des autres signes, s'il en por-
tait. II est sans doute reproduit sur d'autres exemplaires de bouchons
en grès avec des fibres de palmier, mais là encore, si l'on voit bien que
les rectangles surmontés de l'épervier sont si nombreux et si rappro-
chés les uns des autres qu'il n'y a pas de place pour des signes inter-
médiaires aux rectangles, on ne peut, ou du moins je ne n'ai pu perce-
voir assez distinctement les signes inscrits dans les différents car-
touches.

Je dois ranger à côté de ces bouchons, deux autres exemplaires d'un
même bouchon qui me semble contenir une liste de quatre et de six
noms de Pharaons qui seraient ainsi rangés chronologiquement aux
n uméros ? et 15. Nous aurions donc dans ces deux bouchons deux exem-
plaires d'une Table royale d'Abydos pour cette lointaine époque. Je
suis persuadué que ces deux bouchons étaient la reproduction d'un
même sceau : si le premiercontient moins de noms que le second, cette
différence provient de ce que le premier exemplaire est moins long et
moins bien conservé que le second ; mais il contient bien cinq rectangles
dont le dernier est illisible, et il est acéphale. Le premier nom de Pha-
loading ...