Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 469
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0120
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 469

raon qui puisse être lu avec certitude est celui du roi que j'ai cité plus
haut et qu'on a lu Djer. Le second est celui du roi Ahâ; le troisième
celui du roi , le même que nous avons trouvé sur la tablette de
bois à double inscription, rouge et noire. C'est tout ce que je peux lire
avec certitude, il me semble, et je laisse à de plus heureux que moi le
soin de lire les autres noms, s'il est possible de les lire.

L'importance de ces deux bouchons n'échappera à aucun de ceux qui
se sont occupés des Pharaons appartenant à cette époque primitive.
Les conclusions qui en découlent sont en effet des plus importantes.
Tout d'abord, il est tout naturel de conclure de l'ordre dans lequel ces
noms sont rangés qu'ils sont placés par ordre chronologique : jusqu'à
présent on n'a pas d'autre preuve que les rois des deux premières dynas-
ties de la table d'Abydos ont vécu dans l'ordre où nous les rangeons,
que celui dans lequel ils sont rangés dans la double table du temple de
Séti I" et du temple de Ramsès II à Abydos. Pourquoi refuserait-on aux
noms de Pharaons que je viens de citer l'existence dans l'ordre d'après
lequel ils sont rangés sur les deux bouchons? Je ne peux voir par quelle
raison logique on refuserait à celle-ci ce qu'on accorde sans hésitation
à celles-là.

S'il en est ainsi, comme le premier roi mentionné sur des bouchons
est le prétendu roi Djer, non compris celui ou ceux qui le pouvaient pré-
céder sur le cylindre, il en faut conclure que ce roi Djer a précédé le roi
Ahà et le roi w«. qui est peut être un roi Eau, comme nous avons un roi
Serpent et un roi Poisson dont on ne peut connaître avec certitude les
noms véritables, parce que ces signes peuvent être dès cette époque et
sont certainement à l'époque suivante polyphones, et qu'on ne peut
choisir entre les différents noms qui conviennent au signe celui qui
représente réellement l'idéogramme employé. Il a été fort facile à ceux
qui sont venus après moi, de donner à ces rois les noms dont il leur
a plu de les nommer, mais j'estime encore qu'il eût été plus sage de
ne pas trop s'aventurer et de les nommer d'un nom plus générique et
qui ne sera pas changé par la suite, s'il vient à être modifié.

La seconde conclusion pour ceux qui veulent que sous les noms de
rois découverts depuis l'année 189G soient des noms de rois ayant
loading ...