Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 473
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0124
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 473

sixième siècle de notre ère. D'ailleurs ses fouilles ont porté principale-
ment sur le plateau où étaient enterrés les rois de ce temps, à l'ouest
du tombeau d'Osiris, entre ce tombeau et celui que je continue à regar-
der comme celui de Set et de Horus. Et ces rois étaient enterrés comme
on a toujours enterré les rois jusqu'au Nouvel Empire tbébain, avec
les fonctionnaires de leur cour auprès d'eux. En outre, en plus des
squelettes trouvés clans les tombes particulières, il ne faut pas oublier
que j'ai rencontré deux squelettes dans le tombeau de Set et de Horus,
ou comme disent mes contradicteurs dans la tombe de Khasekbemoui.
J'en ai rencontré un dans la dernière chambre à droite de la seconde
partie du monument, à côté du corridor longeant le mur de la grande
salle funéraire ; j'en ai rencontré un autre sous la partie construite en
terre de ce mur. Je ne les avais pas placés là pour les y trouver : les
spoliateurs s'étaient chargés île ce soin et je les ai rencontrés à la place
où il les avaient jetés. 11 yen avait aussi dans les autres tombes royales :
si je ne les ai pas recueillis, c'est qu'ils étaient incomplets ou tellement
en pièces qu'on ne pouvait les étudier. En conséquence, il est facile de
juger maintenant si je peux m'en rapporter aux conclusions de
M. Aaville en ce point : ici, ce n'est pas à M. Pétrie qu'il faut s'en rap-
porter, c'est à moi qui suis arrivé le premier, qui ai vu la nécropole
dans l'état où elle se trouvait, et mon témoignage doit avoir autrement
de valeur que celui d'un compétiteur venu pour me trouver en laute et
faire éclat de son savoir et montrer mon ignorance.

Cette première question réglée de façon à ce qu'on ne puisse douter
sensément qu'il y eût des squelettes dans les tombes d'Om el-Ga'ab,
royales ou particulières, en contradiction complète avec la théorie de
M. Naville (je dois dire que je suis d'accord avec lui sur d'autres
points également intéressants), il me faut dire en quelle position j'ai
trouvé ces squelettes.

Dans les textes qui ont trait aux funérailles, on rencontre assez fré-
quemment cette mention :« Comme Horus a fait pour son père, comme
Anubis a fait pour Osiris », et il semble que ce qu'avait fait Horus soit
en opposition avec ce qu'avait fait Anubis. Le même fait se produit dans
les textes des pyramides et je me contente de signaler ici ces textes,
loading ...