Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 480
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0131
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
180 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

font d'ailleurs toujours les Chinois et comme ils le firent indubitable-
ment à l'époque historique, avaient sans doute la coutume de garder
les corps dans leurs habitations, soit dans des endroits spéciaux, soit
jusqu'à ce que les chairs s'en fussent détachées et que le squelette sur-
vécût seul, coutume qui a existé et existe encore chez certains peuples.
Et je ne m'aventurerai pas à chercher des ressemblances dans les cou-
tumes des autres peuples, même de l'Afrique, car je ne pense pas le
moins du monde qu'il faille expliquer certains faits superficiellement
observés et souvent imaginaires par des habitudes encore existantes
soit en Afrique, soit dans les autres contrées de la terre et dire qu'in-
dubitablement elles ont existé en Égypte, puis partir de là pour établir,
sans aucun fondement, des théories en l'air, qui ne sauraient soutenir
le moindre examen; il me faut au moins trouver une allusion à ces cou-
tumes dans les représentations funéraires ou dans les textes égyptiens
pour me hasarder à faire un rapprochement et ce texte je le trouve dans
une pyramide, celle du roi Merenra, appelé par M. Maspero Mirinrî. Il
est en effet dit dansletexte auquel jefais allusion que ceroia eu son jour
de mort, sa quinzaine, son mois et son année de mort et voici la traduction
du passage telle que l'a donnée M. Maspero : « Car Merenra a subi (?) le
jour qui appartient à la mort comme Set a subi son jour de mort. Me-
renra a subi ses quinzaines qui appartiennent à la mort comme Set a
subi ses quinzaines de mort; Merenra a subi ses mois qui appartiennent
à la mort, comme Set a subi ses mois de mort; Merenra a subi son
année qui appartient à la mort, comme Set a subi son année de mort1 ».
Le roi Merenra est identifié à Set parce qu'il a subi les diverses époques
de la mort comme Set les avait subies auparavant. Ces époques sont au
nombre de quatre : le jour, la quinzaine, le mois et l'année, et au bout
de l'année il jouit des prérogatives dont a joui le dieu Set, c'est-à-dire
qu'il est devenu dieu, parce que d'abord il est redevenu vivant par suite
de ce qu'on lui a fait les diverses opérations magiqnes constituant les
funérailles, c'est-à-dire enfin qu'on l'a mis dans la tombe. Si on l'a mis
dans la tombe un an après son décès, c'est qu'on a dû lui faire subir les

1. Recueil de mémoires relatifs à la philologie et à l'archéologie égyptiennes et as-
syriennes, XI, p. 26.
loading ...