Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 491
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0142
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 491

ordinaire. Les deux numéros 10 et U sont remarquables sous ce rap-
port, et la photographie est bien loin d'avoir rendu toute la beauté de
l'original. Le numéro 2 est remarquable par ses lignes presque régu-
lières et parallèles traversant verticalement l'assiette telle qu'elle est
représentée. Le numéro 1 est encore très beau, quoique les veines n'ap-
paraissent presque pas sur la photographie.

Les écuelles en pierre schisteuse ardoisière sont représentées aux
numéros 5, 6 et 7 de la planche XLVffl» je n'en dirai rien, non plus que
des assiettes au nombre de trois qui occupent les numéros 3 et 4 de la
planche XL1X, parce qu'elles ne présentent pas de particularités nou-
velles et que j'ai discuté assez longuement sur le type que ces vases
représentent dans le second volume de cet ouvrage. Il en sera de môme
du petit bol en pierre schisteuse ardoisière représenté au numéro 5 de
la planche XX, quoique ce soit le premier spécimen d'un bol en cette
matière que j'aie rencontré et quoique la pierre soit d'une très grande
finesse.

Il en sera tout autrement du bol en marbre rose veiné de blanc que l'on
trouvera représenté deux fois aux numéros 1 et 2 de la planche L. Le vase
est parfait de forme et de légèreté; la matière est précieuse etc'est sans
doute le plus ancien vase connu qui porte le nom de celui qui l'a fait. Il
porte en effet une double inscription écrite à l'encre à l'intérieur du vase,
sur deux colonnes verticales (numéro 1) et l'autre gravée à l'extérieur du
vase. La première est quelque peu effacée, mais la seconde se lit très bien
et elle dit : Le polisseur de tous les vases Hepet-Hepen. A quelle époque
appartient ce vase? c'est ce qu'il est difficile de dire avec certitude, car
nous n'avons aucun renseignement certain, et nous ne pourrions nous
appuyer que sur des raisons de convenance, comme la forme des hié-
roglyphes, laquelle ne peut pas fournir de critérium certain. Aussi ne
puis-je affirmer qu'une chose, c'est que la forme des hiéroglyphes gravés
ne diffère pas de celle des hiéroglyphes gravés sur les stèles, et
aussi de celle des hiéroglyphes encore employés sous la IIe dynastie,
comme dans les panneaux de Hosi, et sous la IVe dynastie, comme dans
plusieurs des mastabas de Saqqarah remontant à cette époque.

Le vase globulaire en porphyre représenté au numéro 14 de la
loading ...