Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 492
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0143
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
i

492 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

planche XLIX est l'un de plus beaux spécimens qui existe de ce genre
de vase. La facture n'offre rien de bien spécialement remarquable; elle
est très soignée comme celle des vases de ce genre, mais n'en diffère
en rien.

Dans la grande enceinte qui entourait le tombeau, près des chambres
ouest, on trouva plusieurs fragments de vases en une pierre qui res-
semble assez au schiste ardoisier, mais qui est plus dure : ces fragments
sont représentés aux numéros 12 de la planche XXII, 5, 6, 7 et 8 de la
planche XXIII, 9, 17, 18 et 19 de la planche XXIV, et 3 et 8 de la planche
XLVIII. Tous ces fragments portent une inscription à l'encre noire :
ces inscriptions se ressemblent beaucoup par certains signes, mais il
serait prématuré et imprudent de ma part de dire quelle valeur j'accorde
à ces signes. Un fragment en marbre blanc, numéro 8 de la planche

XLVIII,contient dans un rectangle deux signes encore visibles ==s=' ;
ces signes formaient-ils à eux seuls un nom de roi? on serait tenté de
de le croire. Ce ne serait pas la première fois que le nom d'un roi aurait
été renfermé dans un retangle, témoin le nom de Perabsen, comme je le
dirai plus loin, et la présence ou l'absence de l'épervier ou de l'animal
typhonien ne sauraient être une preuve péremptoire que le nom était ou
n'était pas royal. Mais il pourrait se faire que ces deux signes hiérogly-
phiques ne constituassent pas à eux seuls tout ce qu'il y avait d'enfermé
dans le rectangle, ou tout le nom royal. Si c'est un nom appliqué à un
pharaon, c'est la première fois qu'il se trouve; si c'est un nom donné à
la tombe, comme on pourrait aussi le croire d'après les inscriptions des
bouchons dont j'ai parlé plus haut, il serait curieux de voir le nom de
Horus employé pour désigner la tombe et il ne serait pas invraisem-
blable d'y voir la confirmation des bouchons rencontrés dans la tombe
de Set et de Horus.

Les deux numéros 5 et 6 de la planche L représentent un même vase,
vu de l'extérieur et de l'intérieur. La forme de ce vase est fort remar-
quable et elle est unique. Il rentre dans la catégorie des vases que j'ai
appelés ouvragés, mais je dois dire ici que c'est une restauration. Cette
restauration a été faite par un artiste de Paris, d'après les indications

>
loading ...