Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 494
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0145
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
494 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

que l'artiste a voulu imiter une certaine ieuille d'arbre que je ne puis
connaître.

III. — Objets en grés émaillé.

Les objets en grès émaillé trouvé dans le tombeau de Perabsen sont
bien loin de ressembler à ceux qui avaient été rencontrés dans le tom-
beau de Set et de Horus. Ceux-ci n'étaient que de petits objets incon-
nus, il est vrai, des sceptres, des tables de jeu dont on ne pouvait au-
cunement deviner la forme ; ceux-là au contraire sont de grands et beaux
objets entiers pour la plupart et qui montrent à quelbaut degré de per-
fection avait été porté l'art de l'émailleur sur grès. Ces objets sont au
nombre de onze, dont quatre sont fragmentaires ou'reetaurés. Ils sont
figurés à la planche XLVII. Les objets qui rentrent dans cette dernière
catégorie sont des tables de jeu, rondes et qui servaient de support à
une bille ou autre objet semblable destiné à marquer le progrès des
joueurs vers le but final. Toutes ces tables ont été trouvées à l'état
fragmentaire dans les diverses chambres du tombeau de iPerabsen ;
elles avaient été brisées intentionnellement et de propos délibéré par
les spoliateurs : les fragments ont pu être réunis plusieurs ensemble
pour en former une table aussi complète que possible, à l'exception
d'un seul qui n'a pu trouver sa place ; la restauration des trois tables qui
sont représentées à la planche XLVII a été faite d'aussi près qu'on l'a
pu ; mais il est évident à l'examen qu'on a considéré comme certains
des points qui ne l'étaient pas et qu'elle n'est rigoureusement exacte
dans aucune des trois tables restaurées, et figurées aux numéros 8, 10
et 11. Ces tables devaient ressembler à notre actuel jeu de l'oie : elles
sont composées d'une série de lignes circulaires qui se développent en
spirale et qui arrivent au point central. Ce point central est très exac-
tement marqué sur deux, plus particulièrement sur le numéro 10,
quoique le point central ne soit pas régulièrement fait, tandis que pour
le numéro 11 le restaurateur n'avait aucun élément pour se guider dans
la restauration de la partie manquant au centre. Le numéro 8 était dans
le même cas et le restaurateur, d'après mes ordres, n'a pas tenté même
de séparer les cases qui remplissaient cette partie. Ni le numéro 8, ni
loading ...