Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 497
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0148
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 497

premiers sont reproduits à la planche XLVIII et les derniers à la
planche VIII avec les autres instruments de métal provenant des pre-
mières tombes. Les uns et les autres sont en cuivre rouge pur.

Les quatre vases comprennent un pot cylindrique avec une légère
panse, un bol sans pied exactement semblable aux vases actuellement
appelés rince-bouche, et deux autres vases qu'on ne connaissait jus-
qu'ici que par leur représentation sur les monuments, mais dont on ne
possédait pas le modèle; ils ont la forme de la coiffure connue en
Egypte sous le nom de tarbousch.

Le vase de forme presque cylindrique représenté au numéro 1 de la
planche XLVIII est haut, n'ayant pas moins de 0m,246 de hauteur : la
forme est élégante et accuse un ouvrier possédant à merveille les se-
crets de son métier. Il a un petit col arrondi et rabattu au marteau sur
la panse : le métal s'est cassé en un endroit et le rabattement du col a
laissé un tout petit espace entre le métal du vase proprement dit et
celui du col. Il n'a pas d'anse, comme l'un de ceux qui ont été trouvés
dans le tombeau de Set et Horus, mais il a plus de consistance, plus
d'équilibre, il est plus étoffé si je puis parler de la sorte, et l'on voit
clairement que l'ouvrier qui le fit était plus sûr de de son faire que celui
qui avait fabriqué le premier. Je ne suis pas assez versé dans les pro-
cédés de la fabrication antique des vases en métal pour avoir une opi-
nion sur la manière dont on s'y prit pour faire un pareil vase : je laisse
à de plus habiles le soin de rechercher quels furent les procédés.

Le bol figuré au numéro 2 se compose d'une assez mince feuille de
cuivre qui a été façonnée de la sorte par un procédé quelconque, sans
doute le martelage. Il n'offre rien qui le signale spécialement à l'at-
tention.

Les deux autres vases en forme de tarbousch, numéros 4 et 9, ont
sans doute été fabriqués d'une manière analogue. Ils servaient, à déposer
un autre petit vase en cuivre avec un goulot recourbé soit simple, soit
divisé en deux par une petite cloison, comme ceux qui ont été trouvés
dans la tombe de Set et de Horus. C'est sans doute à cause de leur desti-
nation que leur a été donnée la forme si évasée qu'ils ont. Leur usage est
certain d'après les représentations des tombeaux de l'Ancien Empire;
loading ...