Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 498
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0149
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
498 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

au tombeau d'Amten, un de ces vases est représenté contenant le petit
vase avec goulot courbe, et cela prouve suffisamment, il me semble,
que le contenant comme le contenu était en cuivre pur, puisque j'ai
retrouvé les deux vases et qu'ils sont, l'un et l'autre, en cuivre rouge
pur '. Dans le tombeau de Merab on voit encore un vase de cette forme
avec le vase à goulot recourbé, et dans le tombeau de Tebhen le second
vase est dans le premier. Il y a sans doute bien d'autres exemples'.

Les objets autres que des vases trouvés dans le tombeau de Perabsen
sont au nombre de quatre seulement : une aiguille et quatre bameçons.
L'aiguille est très grosse et percée d'un chas à son extrémité la plus
volumineuse : elle a, sans doute été faite comme les aiguilles que
M. Berthelot a étudiées dans le second volume de M. de Morgan sur
les Origines de UÉgypte, étude que j'ai reproduite dans le second vo-
lume de cet ouvrage. Elle est représentée au numéro 1 de la planche VIII ;
les quatre hameçons sont reproduits aux numéros 20, 21, 22 et 23 de la
même planche. Le numéro 21 qui représente le plus petit devait être
un hameçon servant à la pèche des petits poissons : il a à peu de chose
près la forme des hameçons modernes, car il est arrondi avant d'arriver
à son extrémité, laquelle manque. Le numéro 22 qui est le plus petit
après le précédent devait déjà servir à des poissons de forte taille,
sinon à des animaux plus volumineux encore : il est arrondi en son
milieu, mais la pointe est très évasée. Au contraire, dans les deux hame-
çons, numéros 20 et 23, les deux plus gros des quatre, la pointe de
l'hameçon, après la courbure montait presque perpendiculairement.
L'entaille de ces deux hameçons, surtout celle du numéro 24 devait
défier les efforts les plus vigoureux : c'était sans doute de semblables
hameçons dont on se servait pour la chasse à l'hippopotame, comme
on le voit dans les représentations des tombeaux.

C'est tout ce que j'ai à dire sur les quelques objets en métal trouvés
dans le tombeau de Perabsen : on voit que si la moisson a été impor-
tante, elle n'a pas recueilli des objets en grand nombre.

1. Lepsius : Denkmdler, II, pl. 3, 4 et 6. Dans la planche 3, les deux vases sout séparés ;
dans la planche 4, le vase contenu a une forme très haute, et <Jaus la pl. G ils sout tous
les deux dans la main d'un officiant.

'2. Lepsius : Denkmulert II, pl. 19 et 36.
loading ...