Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 501
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0152
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 501

de la planche XX, j'ai reproduit la stèle de Scheri conservée au musée
de Gizeh maintenant musée du Caire, le seul monument qui jusqu'à la
découverte du tombeau de Perabsen mentionnât le nom du roi Perabsen,
mais enfermé dans un véritable cartouche et sans animal typhonien
par conséquent; je tirerai plus tard les conclusions qui me semblent ré-
sulter de ce fait.

Le second bouchon que j'ai à décrire a été trouvé en triple exem-
plaire : ce cylindre a été fait également avec de beaux hiéroglyphes qui,
comme ceux du bouchon précédent, ont tout à fait l'apparence des
hiéroglyphes classiques. Sur le plus grand des trois spécimens que
contient la planche XXVII, le cylindre n'a pas bien porté et l'inscription
est mal venue; on ne distingue que le nom de roi et quelques signes
que l'on retrouve d'ailleurs sur les deux autres. Ceux-ci de leur côté
sont tellement frustes qu'on ne peut arriver à reconnaître l'inscription
tout entière. On voit seulement qu'elle contenait le nom du roi, puis
une colonne verticale, puis le nom du roi, puis une seconde colonne
verticale, puis un troisième nom de roi, et peut-être une troisième
colonne verticale. S'il n'y a pas de troisième colonne verticale, la pre-
mière recommençait. Le nom du roi est son nom de double surmonté

de l'épervier; ce nom, inconnu jusqu'ici est le suivant [jj^. La pre-

• i • ) fl

mière colonne verticale contenait les signes suivants * o

^ «i . Avant les

S • . IH

deux signes 't—(, il y a un signe, et si l'on se reporte au numéro 4, on
voit la tête avec signe qui semble bien être le signe ce qui donne-
rait j^j : scribe des provisions nommées djefaou, et cela rentre-
rait très bien dans les formules déjà connues des autres bouchons.
La seconde colonne contient cinq signes très lisibles, mais il devait y en

avoir avant et sans doute après; on lit actuellement | C'est tout ce

que je puis tirer de -ce bouchon, mais ce peu nous montre péremptoire-
ment que ce bouchon, comme le précédent, n'est pas de l'époque préhis-
torique, que je ne l'ai trouvé qu'en vertu du culte des ancêtres qui
loading ...