Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 504
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0155
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
504 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

prodigieux. Jusqu'à la fin de la première campagne de fouilles, j'ignorai
l'époque des objets que j'avais rencontrés et ce ne fut qu'en France que
que mon opinion s'arrêta, après bien des réflexions, à la conclusion que
j'avais trouvé l'époque antéhistorique, ayant précédé la première des
dynasties historiques et nommée par Manéthon l'époque des mânes. On
sait quelle émotion souleva la seule mention de cette opinion, quelle
opposition s'abattit tout à coup sur moi, comment je partis de la séance
de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres dans laquelle j'avais
énoncé cette opinion, réduit en morceaux, pulvérisé et mort a tout
jamais, selon la croyance de mon adversaire et au grand plaisir de mes
bons amis. Chose curieuse, je ne fus pas outre mesure abattu : l'oppo-
sition était ouverte, je pouvais y répondre, j'y répondis et j"eus foi en
l'avenir. Ce qui me fait mal surtout, c'est l'opposition souterraine, ce
sont les petites habiletés qui creusent une mine sous vos pas et qui la
font éclater au moment précis où vous ne la soupçonniez pas et où vous
demandiez du secours. Cette opposition souterraine ne me manqua
pas : on commença par écrire en Angleterre que je ne retournerais pas
en Égypte, que je n'aurais pas d'argent pour continuer mes travaux, que
j'étais abandonné de tout le monde; on continua en écrivant des lettres
anonvmes avec en tête officiel au directeur de la Gazette des Beaux-Arts
qui m'avait demandé un article sur les objets rencontrés dans mes
fouilles, en lui certifiant que tous ces objets avaient été fabriqués sur
ma commande, pendant l'hiver que je venais de passer en Abydos.
Aucune violence ne me fut épargnée; et j'ai les preuves en main de ce
que je viens de dire et d'autres choses que je passe sous silence. Me
rappelant le conseil du fabuliste, je pliai sous l'orage, mais ne rompis
pas. Aujourd'hui c'est l'arbuste qui sort vainqueur de la tempête et ce
sont les victorieux d'antan qui sont les vaincus de l'heure présente.
Mais entre ce jour de la tempête et aujourd'hui, on a beaucoup écrit sur
la question et, avant de proposera mes lecteurs des conclusions que
j'ose regarder comme fondées, je lui dois de lui faire passer sous les
yeux une analyse fidèle de tout ce qui a été écrit à ce sujet, autant que
je le connais, d'autant plus que chemin faisant je trouverai l'occasion
de démasquer certaines habiletés, de rétablir certains faits et par con-
loading ...