Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 520
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0171
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
520 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

« Il est donc certain qu'en attendant que M. Amélineau nous fournisse
des preuves formelles de la célébrité de l'escalier et de son identité
avec le tombeau d'Osiris, nous devons considérer la seconde condition
comme une pure hypothèse ».

Ce second paragraphe roule presque en entier sur la présence de l'es-
calier au Dieu grand dans le tombeau d'Osiris, ou plutôt sur l'existence
d'un escalier qui est attribué au Dieu grand, et l'on me demande de
prouver d'abord que cet escalier était renommé et en second lieu qu'on
doit l'identifier avec le tombeau d'Osiris.

Pour le premier point, M. Loret, plein de sollicitude, craint que je ne
puisse « ajouter beaucoup d'exemples » à ceux qu'il a signalés, car il a
fait de pénibles recherches que j'aurais dû épargner à mes lecteurs. Je
le regrette; mais ces recherches ont-elles été aussi pénibles que le
dit M. Loret? Si I on s'en tient aux documents qu'il cite, il n'a eu à
feuilleter que le Catalogue général des monuments trouvés pendant les
fouilles de Mariette à Abydos et le Recueil dirigé par M. Maspero.
Réellement il n'a pas dû faire de si pénibles recherches, à moins que
ces recherches ne deviennent pénibles dès que M. Loret les fait. Eh
bien ! j'ai le regret de l'écrire ici, pour le Recueil tout au moins, les
recherches de M. Loret, bien que pénibles, ont été tout à fait super-
ficielles, ainsi que la liste suivante va le démontrer.

Au tome II, page 30, il y en a deux exemples que cite M. Piehl dans
un article; le premier est tiré de la stèle C, 170 du Louvre, niais il est

orthographié ainsi ■' &f g # * k A ™ ïÂ^Z Û

] | j 1 1 , et c'est celui qu'a cité M. Loret. qui a omis le déter-

minatil du nome thinite, ce qui n'est pas grave, mais ce qui n'aurait
pas dû se trouver dans un article de critique. M. Loret pour cet
exemple renvoie au IVe volume du Recueil, p. 1PJ, où le texte se
trouve bien avec l'orthographe que je viens de reproduire. Il a bien
le sens que lui attribue M. Loret d'après M. Piehl.

A la même page 30 du IIe volume se trouve le second exemple cité
encore par M. Piehl d'après un ouvrage de Sharpe, Egyptian Inscrip-
tions, tome I, pl. 109. 1. 11: il contient les parolos suivantes : JL f
loading ...