Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 521
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0172
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 521

EU

ce que M. Piehl traduit ainsi avec raison :
«Quant à ce tombeau que j'ai érigé à l'escalier du dieu grand. » Voici
donc un premier exemple qu'a négligé M. Loret, qui n'a sans doute pas
parcouru ce deuxième volume du Recueil de M. Maspero, quoiqu'il ait
subi tant de fatigues dans ses recherches.

Par contre il a bien lu le quatrième volume, où M. Piehl a publié et
étudié la stèle C, 170 du Louvre, sur laquelle je reviendrai bientôt; mais
avant ce quatrième volume, il y en a un troisième et ce troisième con-
tient une nouvelle mention de cet escalier. C'est dans le Rapport que
M. Maspero a adressé au Ministre de l'Intrction publique sur sa mission
en Italie. A la page 115 de ce volume, M. Maspero étudie la stèle 107 du
Musée de Turin, laquelle provient d'Abydos, et cette stèle contient les

r—a| A

paroles suivantes : )j JS^ ^ a l\

ï j ® f ! ^ - 4 2 ,â 1 il

J}; ce que M. Maspero traduit ainsi; traduction à laquelle je ne
désire pas changer un seul mot. 11 dit (Abou, le défunt) : « Je suis venu
en paix vers ce tombeau éternel que je me suis fait faire dans l'horizon
occidental du nome Thinite à Abydos, à la petite nécropole auprès de

l'escalier du Dieu auguste (où peut-être; à la nécropole _^T) û qui dé-
pend de l'escalier du Dieu auguste), du Dieu grand, maître des Dieux ».
Voici donc un second exemple qui a échappé aux pénibles recherches
de M. Loret, quoiqu'il n'eût pas été très pénible de parcourir les trois
premiers volumes du Recueil, comme je l'ait fait sans latigue, d'autant
mieux que d'après le titre de l'article on voit du premier coup s'il peut-
ou non, contenir des textes funéraires.

Au tome X, p. 144, on trouve de nouveau deux exemples qui
témoignent que l'escalier du Dieu grand était connu des auteurs des
deux stèles qui les présentent. Il s'agit de la grande stèle de Mentou-
hotep qui a été décrite par Mariette au n° 617 de son Catalogue général
des monuments découverts pendant les fouilles d'Abydos et qu'il a
publiée au tome II d'Abydos, numéro 23; la seconde stèle a été trouvée
loading ...