Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 522
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0173
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
522 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

par M. Maspero à Gournah : elle date de la XVIIIe dynastie pendant
que la stèle de Mentouhotep est de la XIIe. Celle-ci n'avait eu qu'une
de ses faces publiée par Mariette, l'autre étant trop mutilée; M. Da-
ressy a publié cette face délaissée en accompagnant le texte de cette
stèle de celui de la stèle de Gournah. La stèle de Mentouhotep dit :

q pendant que la stèle de Gournah qui est moins mutilée en ce

J _

passage dit : \ \ \ \ _ 5^ A * =\

0£J"] | J ^ J ©; ce que M. Daressy traduit par : « C'est un
ordre royal, grand héritier.....Mentouhotep, qu'on te fasse une sépul-
ture près de l'escalier du Grand Dieu, seigneur d'Abydos. » Et plus
avant dans le corps de la stèle, lorsque celle de Mentouhotep contient :

I avec une lacune fort impor-

tante, la stèle de Gournah a : ^ w , $JJ ij | I Jf

ce que je traduirai ainsi : « Ah !
que je sois un suivant du Dieu à sa volonté, un hhou puissant près de
l'escalier du maître d'Abydos. » De la sorte le double exemple des deux
stèles se change en un quadruple exemple, bien que le mot principal
soit absent de la stèle de Mentouhotep. 11 est vraiment malheureux que
M. Loret n'ait pas feuilleté ce volume, car il y aurait peut-être trouvé
l'identité de l'escalier avec le tombeau d'Osiris qu'il réclame avec tant
d'ardeur.

Au tome XII du môme recueil, p. 15, dans un article que M. de Berg-
mann a consacré à faire connaître les monuments du Musée égyptien

de Vienne, ce savant a cité une stèle où on lit ces mots : nt N$

oÔOi ce îu' signifie : « Je me suis fait ce tombeau brillant, en rendant
parfaite sa place, près de l'escalier du Dieu grand, maître de la vie dans
loading ...