Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 524
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0175
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
524 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

avec Osiris, car le déterminatif £J est suivi de la préposition et
d'une lacune d'un ou deux mots; or, si l'on examine les phrases sui-
vantes on voit qu'elles sont en parallélisme et que le mot qui répond à
celui qui manque ici est un nom de divinité comme Hou, Thot. Horus,
etc. ; il se pourrait donc très bien que la lacune renfermât le nom d'Osi-
ris, et dès lors la mention de l'escalier se comprendrait très bien. Mais,
comme je n'en suis pas réduit à faire flèche de tout bois, je ne me ser-
virai pas d'un texte incomplet : ceux que j'ai cités et que je vais citer
encore me suffiront amplement.

J'ai aussi parcouru le recueil égvptologique de Berlin, et, si je n'y
ai pas fait une moisson aussi abondante, j'y ai cependant trouvé un texte
qui, à la XVIIIe dynastie, reproduit certaines tournures que l'on trouve
sur les stèles de la XIIe dynastie : c'est à l'année 1888, p. 117 que M. Piehl
a publié cette stèle curieuse, qui était au Musée de Boidaq et qui se
trouve sans doute encore au Musée du Caire. Voici le passage où il est

question de l'escalier du Dieu grand : Q ^ J {sic) ^ \ ^ a

»:Vc*» ? - — *1 Î^T^ J «EL il y eut

ordre royal pour que te fût fait un tombeau près de l'escalier du Dieu
grand, maître d'Abydos ». Le lecteur verra de suite que cette phrase
est semblable à certaines autres phrases citées plus haut; mais il n'y a
là rien que de très compréhensible, les mêmes choses à exprimer ayant
appelé les mêmes termes.

Je peux ajouter à ces mentions de Vescalier du Dieu grand les deux
passages que signale M. Loret comme se trouvant dans le Catalogue
général des monuments provenant d'Abydos, en faisant observer toute-
fois que dans le numéro 615 du catalogue d'Abydos, le pronom il ne
saurait se rapporter à un autre nom que le Dieu grand, car ce n'est pas
dans un tombeau qu'on peut se dire féal de quelqu'un, mais bien dans
la vie, vie première ou vie seconde; par conséquent, c'est bien le Dieu
grand dans sa tombe du Nouterkher, et la preuve est que l'expression

entière \ Q «m». \jL est déterminée par l'escalier , comme c est
un cas fréquent en égyptien et cela d'autant mieux que l'adjectif
loading ...