Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 526
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0177
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
526 LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS

Abydos, il est plus qu'étonnant que M. Loret, avec les grandes fatigues
auxquelles il s'est soumis n'en ait trouvé que quatre, déclarant même
que sur les quatre il n'y en a qu'une qui semble me donner raison.

J'arrive maintenant aux autres. Le Musée du Louvre comprend au
moins cinq stèles qui renferment la mention de cet escalier ou de l'esca-
lier du Dieu grand. Les textes de ces stèles ont été publiés par plu-
sieurs savants et en premier lieu par M. Pierret. Je vais les citer dans
l'ordre où elles se trouvent dans le second volume de ses Inscriptions
inédiles du musée du Louvre. Au second fascicule de ses Inscriptions
inédites, p. 12, M. Pierret publie la stèle G, 117 et dans l'analyse qu'il en
donne pour les parties qui lui ont semblé peu intéressantes, il s'exprime

ainsi : « Il dit! 0 prêtres, prophètes, savants )] § ^ |'

^^JL^Tr.^^iT?]^!^^ ett- Ce <i™ signifie, je
crois : « qui êtes venus vers cette montagne, qui vous arrêtez près de
cet escalier, venez, écoutez mes paroles, car je suis, etc. ». Il est facile de

suppléer le signe qui manque dans les groupes "^j*^ ^'""j.

Plus loin, à la page 29, la stèle C, 15 contient sans doute la mention
d'un monument déterminé par un escalier; mais comme ce signe vient
après une assez longue lacune, je ne veux pas m'en servir et j'ajourne

à une place plus appropriée la mention du lieu nommé j[ E dont je
ferai usage pour déterminer ce qu'il faut peut-être identifier avec cet
endroit.

A la page 53, la stèle G, 5 mentionne un certain Sati qui dit avoir fait
un monument afin « d'être stable près de l'escalier du Dieu grand lui-

même:» —f ^ "

A la page 63 est la stèle C, 170 dont j'ai déjà cité les passages impor-
tants, et à la page 104 est la stèle G, 3 dont il va être question plus loin
à propos de la traduction qu'en a donnée M. Maspero.

11 ne me reste plus qu'à citer les passages des monuments qu'a publiés
Sharpe dans ses Egyptian inscriptions. Le premier des textes qui se
présente au lecteur, planche XVIII des Egyptian inscriptions de cet
loading ...