Amélineau, Emile  
Les nouvelles fouilles d'Abydos - Mission Amélineau: compte rendu in extenso des fouilles, description des monuments et objets découverts (Band 3,2) — Paris, 1905

Seite: 537
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amelineau1905bd3_2/0188
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
LES NOUVELLES FOUILLES D'ABYDOS 537
en paix, — (et) l'exaltent les dieux qui résident dans le nome thinile, les
prêtres du Dieu grand. II a aidé à la manœuvre dans la barque sur les
voies de l'Occident; il manœuvre les rames-gouvernails, dans la barque
Madti ; il dirige la navigation dans la barque Saktit, — (et) il lui est dit :
« Va en paix! » par les chefs d'Abydos; il conduit avec le Dieu grand à
la bouche du Pegart, la grande barque sacrée lors de ses courses dans
les fêtes des morts, — (et) le glorifie le taureau de l'Occident. Il a dirigé
sa course avec ses rames-gouvernails; il entend les Dieux qui acclament
à la porte du nome thinite, à la fête de « Viens à moi] » lors de la nuit
de la fête de l'aliment, à la fête de l'aliment de Hor-Shen; il parcourt
rapidement les voies excellentes jusqu'aux districts (?) de l'horizon
d'Occident, jusqu'au Champ de passage qui donne des offrandes au
magasin plein de provisions ».

Le texte cité qui est quelquefois une interprétation de M. Maspero pré-
sente avec celui qu'a publié M. Pierret d'assez nombreuses divergences
assez importantes. Malgré ces divergences qui, je le dis, proclament
le texte de M. Maspero supérieur à celui de M. Pierret, l'on ne saurait
douter qu'il ne s'agisse dans ce passage de ce que M. Maspero a appelé la
Bouche de la fente, par laquelle le soleil semblait disparaître au soir
dans la montagne occidentale, ainsi qu'il l'a dit dans plusieurs de ses
mémoires qu'il est inutile de citer parce qu'ils sont très connus des
égyptologues, et je dois dire que c'est bien de cela qu'il s'agit à mon sens.
Les fêtes dont il est question sont ces processions qu'on voit représen-
tées sur les monuments, dans lesquelles les prêtres portaient les barques
du dieu, ici d'Osiris. Ces barques, tout le monde égyptologique le
sait, étaient déposées dans les chapelles voûtées du temple de Seti Ier à
Abydos ou dans d'autres chapelles, soit au temple de Ramsès II, soit au
temple d'Osiris, s'il y en avait; elles ne pouvaient aucunement être
conservées dans les tombes, pour la bonne raison qu'il n'y avait pas une
seule chambre de la tombe qui aurait eu la capacité nécessaire pour les
contenir. Par conséquent, quand il est dit que le défunt a conduit la
grande barque sacrée d'Osiris vers la bouche de La fente dans les fêtes de
la nécropole, il faut entendre que la procession partaitdes temples d'Osi-
ris pour aller vers la bouche de la fente ; mais oii était le lieu ainsi nommé ?
loading ...